Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche
tribune politique

Socialistes et républicains métropolitains

Publié le 13 novembre 2018 | Le MET' n°15

Socialistes et républicains métropolitains

Le 8 octobre dernier, David Kimelfeld, Président de la Métropole, a signé un pacte avec l’État pour la mise en place d’une Zone à faibles émissions (ZFE).
Cette mesure marque une étape importante dans l’engagement de notre collectivité́ dans la lutte contre le dérèglement climatique et l’amélioration de la qualité́ de l’air.
Qu’est-ce que qu’une Zone à faibles émissions ?
Il s’agit d’un périmètre interdit d’accès aux véhicules les plus polluants. Cette mesure ne concerne pas les véhicules particuliers mais les poids lourds et véhicules utilitaires légers, responsables de 60 % des émissions de dioxyde d’azote sur notre territoire.
Les modalités de la ZFE ont été élaborées en concertation avec les représentants du secteur, et la Métropole sera à leurs côtés pour les aider à acquérir des véhicules propres.
La mise en place de la ZFE sera progressive : 2019 sera une année pédagogique, et les premières interdictions interviendront au 1er janvier 2020.
C’est une mesure importante, mais qui n’aurait pas de sens si elle était isolée: elle vient en complément des actions déjà engagées depuis plusieurs années.

La lutte contre le dérèglement climatique et la pollution atmosphérique est un enjeu sanitaire, environnemental et social
Sanitaire, car la pollution est aujourd’hui responsable de trop nombreux décès prématurés.
Environnemental, car le dérèglement climatique n’est plus à démontrer, et il y a urgence à agir.
Social, enfin, car ce sont bien nos concitoyens les plus vulnérables qui sont les plus touchés.
Si notre Métropole se mobilise pour améliorer la qualité de l’air, c’est parce que nous avons pleinement conscience des enjeux. Cet engagement n’est pas récent et nous comptons le poursuivre et l’amplifier.

La lutte pour améliorer durablement la qualité de l’air : un engagement de longue date de notre Métropole.
Ces dernières années, notre collectivité a réduit ses émissions de gaz à effet de serre alors même que sa population augmentait.
C’est là le résultat d’une politique volontariste, menée par Gérard Collomb et ses équipes, dans tous nos domaines de compétences, grâce notamment à la mise en place du Plan climat et du Plan Oxygène.
Il s’agit d’une série d’actions complémentaires dans tous les secteurs : transport, habitat, industrie, etc.
Parmi celles-ci, citons la « Prime air bois » pour aider les habitants à remplacer leurs chauffages au bois polluants, la « prime vélo » pour l’acquisition de vélos électriques, ou encore les aides à la rénovation thermique des logements.

Notre politique en matière de mobilités y est également pour beaucoup 
Nous investissons plus d’un milliard d’euros pour l’amélioration de l’offre de transports en commun, développons le réseau de voies cyclables, l’autopartage, les points de recharge pour les véhicules électriques, et le covoiturage.
Prochainement, l’offre velo’v sera étendue sur plusieurs communes, et des velo’v électriques seront mis en service.
Récemment, la vitesse maximale autorisée sur le périphérique a été baissée, et le déclassement des autoroutes A6/A7 va permettre d’éloigner le trafic de transit du cœur de notre agglomération.

Nous activons tous les leviers possibles, avec l’aide de l’ensemble des acteurs du territoire mobilisés pour répondre présents à ce rendez-vous historique.
Les réponses sont multiples et même si nous agissons déjà, nous sommes prêts à aller plus loin.
La Métropole va bientôt adopter son Schéma directeur des énergies et se lancer dans l’élaboration d’un nouveau Plan Climat, qui fera l’objet d’une large concertation. Nous donnons rendez-vous dès le 13 décembre prochain pour le forum des solutions locales !

Socialistes et républicains métropolitains (Pour le groupe Socialistes et républicains métropolitains, Sarah Peillon, Conseillère déléguée)