Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche
tribune politique

Avenir Métropole

Publié le 12 février 2020 | Le MET' n°20

La Métropole de demain devra faire l’alliance de l’économie et de l’écologie

La Métropole de Lyon occupe aujourd’hui une place incontestable sur le plan économique et industriel (2ème place économique et 1re place industrielle en France, 10e en Europe pour l’attractivité économique).

Elle doit garder ses positions tout en offrant aux habitants une bonne qualité de vie, qu’il faut continuer à améliorer. Cet équilibre ne se fera qu’avec l’alliance de l’économie et de l’écologie, pour relever les défis de demain.

Cette union devra notamment se concrétiser à travers des solutions de mobilité et d’apaisement de l’espace public.

Car c’est bien en impliquant le monde économique que nous continuerons à donner envie et permettrons aux entreprises de développer leurs idées innovantes chez nous.

C’était le cas avec l’entreprise JCDecaux en 2005 et l’installation de 2 000 vélos en libre-service à Lyon et Villeurbanne en avant-première en France. Les Vélo’v au Grand Lyon marquaient l’arrivée d’un nouveau maillon de la chaîne de la mobilité. Cette réussite est l’exemple parfait de l’alliance défendue par les élus des groupes, Métropole et Territoires, AGIR – la droite constructive et Avenir Métropole.

C’est cette même logique qui permet le développement d’une mobilité verte et responsable sur notre territoire. Comme le montre le récent développement de la filière hydrogène vert.  La Métropole, la Région, les pôles de compétitivité, la CNR et les entreprises se sont associés pour donner naissance à cet écosystème. C’est donc au sein de la Métropole que Michelin et Faurecia ont implanté la plus grande usine de production de piles à hydrogène d’Europe fin 2019.

La ligne Zi6 reliant Jean-Macé à Saint-Fons dès 2021 avec des bus à hydrogène vert grâce à la station de distribution d’hydrogène de la CNR illustre aussi l’alliance que nous défendons.

Être attractif pour répondre aux enjeux de demain passe par ce type d’initiatives ambitieuses en lien avec ces enjeux futurs, afin de continuer à être un cœur économique au centre des attentions.

Il en est de même pour l’usage de l’espace public. Entre les besoins des uns et les pratiques des autres, le citoyen se retrouve face à une multiplicité des moyens de déplacement qui peut engendrer un nœud de mobilité, si ces derniers ne sont pas bien pensés et aménagés.

En tant qu’élus, il nous revient de simplifier cela et d’inciter les citoyens à emprunter des modes doux.

Les travaux effectués début 2019 sur le cours Lafayette au cœur du 3ème arrondissement de Lyon, en sont une bonne illustration. Avant les travaux, 1 200 voitures par heure et quelques vélos que la proximité des voitures n’effrayait pas, circulaient sur cet axe structurant. Maintenant que les travaux ont été réalisés, 300 voitures et 450 vélos circulent toutes les heures de manière fluide, dans un espace apaisé sur cette artère reliant Lyon à Villeurbanne.

Nous devons faire en sorte que la rue soit mieux partagée et que les citoyens puissent choisir leur moyen de déplacement.

Mieux aménager l’espace, c’est mieux le partager. Les entreprises que l’on attire sur notre territoire l’ont aussi compris. Au-delà d’un simple emploi, elles souhaitent offrir à leurs employés une qualité de vie dans un territoire respirable où il fait bon se déplacer en toute simplicité, sans être contraint grâce à un éventail de solutions.

C’est dans cet équilibre progressiste que réside l’alliance de l’économie et de l’écologie, dans laquelle s’inscrivent nos élus, pour une Métropole dynamique et écologique, mais à l’avant-garde : une Métropole heureuse!

Avenir Métropole (Fouziya Bouzerda, Avenir Métropole, Emmanuel Hamelin, AGIR - La droite constructive et apparentés Jean-Jacques Sellès, Métropole et Territoires)