Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche
actu

Caserne Raby : un projet urbain très « nature » à Bron

Grands projets

Publié le 27 septembre 2018 par la rédaction du MET'

1

L'ancienne caserne Raby à Bron a commencé sa reconversion. Sur ce site de 16 hectares, un nouveau quartier va sortir de terre : dans une dizaine d'années, 2000 personnes pourront y vivre, y travailler, profiter des commerces et des services, dans un espace très fortement marqué par la nature.

En décembre 2017, Lyon Métropole Habitat a acheté un terrain occupé par l’ancienne caserne de gendarmerie Raby, vendu par l’État. Sur ce site de 16 hectares, soit trois fois la place Bellecour, un grand projet urbain se dessine. Le travail en partenariat entre Lyon Métropole Habitat, la Métropole de Lyon et la ville de Bron a permis de définir un projet de transformation du secteur pour faire naître un quartier à vivre, avec de l’activité économique et une forte présence de la nature.

Le projet d’aménagement s’échelonne en 3 phases de 2019 à 2031. Les travaux ont commencé : les 14 bâtiments de l’ancienne caserne Raby sont désamiantés avant d’être démolis. Les premières constructions devraient débuter à partir du 2e semestre 2019. Les premiers habitants arriveront en 2021 dans les 410 premiers logements livrés, juste à côté de la grande prairie centrale.

La métamorphose de la caserne Raby

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

 
  1. François Vinot 4 octobre 2018

    1000 logements, 42 000 m² de bureaux c’est un nombre important d’habitants nouveaux et d’actifs dans une zone très mal desservie en transports en commun en site propre. Un engorgement supplémentaire à attendre du périphérique et de la route de Génas.

    Répondre