photo

Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

Coronavirus

Publié le 7 mai 2020 par Charlotte Petit

Et vous, depuis votre canapé, avez-vous pensé à la nature, qui là, dehors, était enfin tranquille ? Le confinement, triste pour nous, mais une bonne nouvelle pour les plantes et les animaux ? C'est ce que nous avons voulu vérifier. Nous sommes allés au Grand parc de Miribel-Jonage et au domaine de Lacroix-Laval, appareil photo sous le bras ! Réjouissez-vous, le déconfinement approche et vous pourrez bientôt aller admirer la nature de vos propres yeux.

  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Au Grand parc de Miribel-Jonage, les animaux ont pris possession de tout l’espace. Voilà par exemple un héron cendré en plein vol au-dessus du lac.

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Un chevalier sylvain, un oiseau qu’il est rare de pouvoir photographier ! Il fait une pause au grand parc pour se nourrir de vers, d’insectes et de petits poissons qu’il trouve dans la vase. Quand il aura repris de l’énergie, il reprendra son vol vers l’Afrique

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Sans personne pour marcher dans le parc, des plantes ont fleuri un peu partout. Cette iris des marais, par exemple, est une plante sauvage rare.

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Dans les pelouses, les herbes sont hautes et des fleurs sauvages ont fait leur apparition. Ces grosses fleurs violettes sont des orchis pourpres.

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Cette drôle de mousse est sécrétée par un joli insecte, la cicadelle écumeuse, qui s’en sert pour cacher ses œufs après la ponte. Cette écume, qu’on appelle aussi « crachat de coucou », dissuade les prédateurs : les petits insectes peuvent grandir tranquillement !

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Heureusement, toutes les équipes du parc n’étaient pas à l’arrêt pendant le confinement ! Les troupeaux de vaches et taureaux Aubrac ont assuré leur travail : tondre et broyer, sans moteur, et en protégeant les espaces sensibles. On peut apercevoir sur cette image deux bergeronnettes, oiseaux des lacs et des rivières. Vous les voyez ?

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Un apiculteur a installé des ruches à différents endroits du parc. Les abeilles butinent des fleurs de plein de variétés différentes et produisent un miel délicieux. Pour les plus gourmands, il est en vente à l’accueil du parc !

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    C’est la saison de la reproduction : les grèbes huppés qui vivent dans le parc font leur parade amoureuse, les mâles tentent de séduire les femelles.

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Au domaine de Lacroix-Laval, le fonctionnement a été réduit au minimum pendant le confinement : deux agents sont venus quelques heures pour assurer l’entretien indispensable, mais rien de plus. L’arrosage a même été suspendu, car en plus du confinement nous avons traversé une période de sécheresse. Heureusement, la plupart des plantes se portent bien, comme le blé de Saint-Priest et le cardon rouge d’Alger, des variétés anciennes qui sont conservées ici.

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Au bout du jardin à la française, les fleurs blanches du « viorne de Chine » sont apparues ! Devant, c’est de l’ail décoratif, et il y a même une tulipe. Ces plantations avaient été faites à l’automne dernier.

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Confinement ou non, les plantes grimpantes aiment envahir les pierres. Ici, du lierre naturel commence à recouvrir un ancien point d’observation, à l’arrière du château. Après le déconfinement, les jardiniers lui feront quand même une petite coupe bien méritée.

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Sans personne pour se promener près des arbres, les champignons ont pu pousser tranquillement aux abords de la prairie du jardin anglais. Au sol, ce sont des branches mortes broyées. Ce « broyat de bois », comme l’appellent les jardiniers, sert à protéger le sol du piétinement des promeneurs et favorise la biodiversité : vers de terre en-dessous, champignons au-dessus !

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon
  • Coronavirus : la nature a bien profité du confinement !

    Voici un jeune rameau de chêne. Autrement dit, une nouvelle petite branche. Le confinement a eu lieu pendant le printemps, le moment où la nature se développe le plus. Quand vous retournerez dans les parcs, vous y verrez plein de nouvelles pousses, de nouvelles fleurs, des insectes et des animaux en pleine forme.

    © Thierry fournier // Métropole de Lyon

Restez informé·es : abonnez-vous à nos newsletters

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

  1. Laure 9 mai 2020

    Merci pour ce beau reportage. Quelque part, c'est rassurant de voir que la nature reprend si vite ses droits dès qu'on lui en laisse l'opportunité... Espérons que cette expérience du confinement change notre regard et nos pratiques.
    Et bravo à la Métropole pour les pratiques écologiques déjà existantes ! Pâturage, apiculture pour favoriser le butinage... on compte sur vous pour continuer sur votre lancée !
    Répondre

    JANIN 9 mai 2020

    Magnifique mais je crains que cela ne dure plus très longtemps.
    Les humains que nous sommes ont la mémoire courte et la majorité repartira dans une course effrénée sans prendre le temps de regarder cette nature dont nous avons besoin et surtout de la respecter.
    La faune et la flore auront profité de cette intermède
    .
    Répondre

    Narbonnet 9 mai 2020

    Espérons que avec ce confinement l homme aura compris de ne pas refaire les mêmes erreurs et surtout tous ces dirigeants qu’ils soient moins gourmand financièrement parlant et faire du n importe quoi vis à vis de la nature. A bon entendeur
    Répondre