actu

La vignette Crit’Air en 5 questions

Ma ville au quotidien

Publié le 13 septembre 2019 par Charlotte Petit

Obligatoire ou non ? combien ça coûte ? Où l'acheter ? Les questions sont nombreuses autour de la vignette Crit'Air. Voici les réponses aux 5 questions les plus courantes. Alors n'attendez pas le prochain pic de pollution pour obtenir votre vignette !

1) Qu’est-ce que c’est ?

La vignette Crit’Air est un autocollant rond qui se colle de manière visible sur votre véhicule. Il existe 6 vignettes de couleurs différentes. Elles permettent de classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes, et de savoir lesquels sont autorisés à rouler lorsque la circulation différenciée est mise en place par la Préfecture lors des pics de pollution.

2) Comment ça marche ?

En cas de pic de pollution atmosphérique, des restrictions de circulation peuvent être instaurées temporairement par la préfecture. Ces mesures visent à améliorer la qualité de l’air que nous respirons tous et toutes, et à protéger notre santé. Dans ce cas-là, les véhicules qui polluent le plus ne sont plus autorisés à circuler. C’est là que la vignette entre en scène : les Crit’Air 4, 5 et parfois Crit’Air 3 doivent rester au garage.

La classification se fait en fonction de la motorisation et de la date de la première immatriculation du véhicule.

  • La vignette Crit'Air en 5 questions
    © Ministère de la transition écologique et solidaire

3) Est-ce obligatoire ?

Oui et non… selon les cas ! Pour faire simple : pas besoin de vignette pour circuler en temps normal. Par contre, pour être autorisé·e à rouler en cas de circulation différenciée il est obligatoire d’avoir une vignette Crit’Air sur son pare-brise ET qu’elle fasse partie des numéros acceptés (en général 1, 2 et 3).
Voiture, motos et deux-roues, poids-lourds, bus, autocars… ils sont tous concernés ! La règle est valable pour tous les véhicules motorisés.

Si vous roulez sans vignette Crit’Air lorsque la Préfécture met en place la circulation différenciée, vous pouvez être verbalisé·e : vous vous exposez à une amende pouvant aller jusqu’à 450 €. Dans la majorité des cas, il s’agit d’une amende forfaitaire de 68 €. 

4) Comment obtenir une vignette Crit’Air ?

Si vous n’avez pas encore apposé la vignette Crit’Air sur le pare-brise de votre véhicule, n’attendez pas d’être pris·e au dépourvu lors de la prochaine circulation différenciée, commandez-la tout de suite.
Pour ce faire, il n’y a qu’un site officiel : https://www.certificat-air.gouv.fr/

La vignette vous sera envoyée par la poste. L’achat de la vignette et l’envoi vous coûteront 4,18 €.

Attention : la vignette vous sera envoyée à l’adresse figurant sur votre certificat d’immatriculation. Vérifiez que cette information est bien à jour. Si ce n’est pas le cas, contactez les services de la Préfecture.

5) Comment installer sa vignette ?

La réponse en images !

services associés

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

 
  1. Le MET' 20 septembre 2019

    Bonjour Christian,
    Merci pour votre vigilance, la faute est corrigée. La rédactrice nous fait savoir qu’elle s’excuse pour cette inattention et espère que vous continuerez à lire les actus de www.met.grandlyon.com afin qu’elle puisse se rattraper.
    Bonne journée,
    La rédaction du MET’

    Répondre

    CHRISTIAN 19 septembre 2019

    Rien d’important… Juste une petite correction orthographique : le rédacteur de l’article a bien pensé à l’écriture inclusive si décriée (pris.e au dépourvu) mais il a oublié que le LA de « demandez-là » n’est pas l’adverbe de lieu (il n’est pas là) mais un pronom personnel (cette vignette, je la commande…) et qu’elle ne prend donc pas d’accent.
    Sans rancune, j’espère.
    Christian, instituteur à la retraite…

    Répondre