actu

Des forêts urbaines au cœur de la Métropole

Ma ville au quotidien

Publié le 29 avril 2021 par Vincent Huchon

Planter des arbres en ville, c'est bénéfique pour plusieurs raisons : lutte contre la pollution de l'air, rafraîchissement, biodiversité... On vous explique pourquoi cette idée de forêt urbaine se développe de plus en plus.

La Métropole de Lyon développe les forêts urbaines sur son territoire. Pour l’instant, il y en a trois :

Et d’ici l’hiver, la Métropole va étudier d’autres possibilités de création de forêts. Le long du périphérique et les abords des sorties de M6-M7 sont des pistes possibles. Des zones boisées existent déjà (Écully, Vinatier…) et pourraient être densifiées. La saison des plantations se déroule entre le 25 novembre et le 25 mars.

  • Des forêts urbaines au cœur de la Métropole

    Plantation de l'arboretum de Sathonay-Camp

    © Thierry Fournier / Métropole de Lyon

À quoi ça sert ?

La fonction d’un arbre est essentielle, à plus d’un titre. L’arbre est capable de capter le gaz carbonique C02 produit par l’homme et de le transformer en bois. En absorbant ce gaz à effet de serre, il lutte donc contre la pollution de l’air et contre le réchauffement climatique ! Autre effet positif : les arbres rafraîchissent la température, car leurs feuilles génèrent de l’évapotranspiration : de l’eau liquide renvoyée sous forme gazeuse dans l’atmosphère. En plus de l’ombre qu’ils génèrent, les arbres sont donc un climatiseur naturel de la ville et permettent de gagner de précieux degrés.

Pourquoi ne pas planter des arbres plus grands ?

Les risques pris en déplaçant des arbres déjà grands, et donc déjà bien implantés ailleurs, sont autrement plus importants : ils doivent recréer tout un système racinaire et leur survie est en jeu.

Il y a aussi une question de coût. Un petit plant de deux ans s’achète moins de 10 euros. Un arbre de plusieurs mètres coûte plusieurs milliers d’euros… Et en plus, c’est au cours de sa croissance que l’arbre absorbe le plus de gaz carbonique : une forêt urbaine en devenir, c’est un véritable aspirateur de gaz à effet de serre !

Les forêts plantées aujourd’hui vont mettre du temps avant de se développer…

Oui, il faut être patient et prendre son temps pour agir correctement. Par exemple, à Saint-Priest, chaque arbre planté bénéficie de 4 m2 de surface. Dans trois ou quatre ans, les arbres se toucheront les uns les autres. Et d’ici 10 ans, ils offriront des espaces frais et ombragés !

Ces forêts urbaines vont-elles s’implanter partout ?

Non, l’idée est plutôt de multiplier les opportunités pour qu’il y ait du végétal partout. En d’autres termes : la forêt urbaine est une nouvelle manière d’introduire de la nature en ville et vient en complément de tout ce qui existe déjà comme les prairies fleuries et les arbres d’alignement. L’objectif, c’est de transformer les villes, construites autour du minéral et de la voiture, et d’y amener plus d’espaces naturels.

Ces forêts seront-elles toujours là dans 25 ou 50 ans ?

C’est justement l’objectif : trouver des zones prêtes à les accueillir, avec un sol suffisamment préparé (c’est-à-dire vierge, bêché et aéré) dans lequel les arbres pourront planter leurs racines et grandir. Ces secteurs deviendront des zones boisées classées dans les futurs plans locaux d’urbanisme et d’habitat. Elles ne pourront ainsi plus changer de destination et seront donc toujours là dans 50 ans, à condition d’être bien entretenues : accompagnement à la pousse, arrosage, coupes…

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

  1. Feyzin 5 mai 2021

    Les zones concernées par le PPRT délaissement/ expropriation constituent des espaces sur lesquelles ce type d'action aurait dû sens car ces plantations occuperaient des espaces du plu ne laissant actuellement aucunes autres possibilités. Cette solution a été envisagée mais elle n'apparaît pas dans votre article . C'est dommage car les maisons et terrains en friches n'attendent que ça.
    Répondre

    Pêtre 2 mai 2021

    Mettre des arbres sur tous les parkings ou s'est possible.
    Répondre

    SAGNOL GUY 1 mai 2021

    Serait' il possible de planter des arbres ou arbustes sur la place Saint Jean avec des bancs pour les touristes car elle est très minérale et un peu de verdure ne serait pas de trop surtout quand il fait chaud
    Répondre

    Marc Gagnaire 1 mai 2021

    Lors d'un sejour à Milan lors d'une période de canicule, nous avions été impressionnés par la fraicheur du parc situé à proximité des immeubles du Bosco Verticale. Cette expérience est elle reproductible à Lyon? ,
    Répondre

    Pour Lyon 1 mai 2021

    Mettre des soit-disant forêts en ville et bétonner les campagnes avec des éoliennes , le monde a l’envers !
    Répondre

    Arnaud Auduc 30 avril 2021

    Bonjour, pour la rendre moins minérale et moins chaude l’été, des arbres pourraient-ils être plantés place des tapis à lyon 4eme
    Merci
    Répondre

    Laurence Lyon6 30 avril 2021

    Pourquoi les platanes du cours Franklin Roosevelt sont-ils systématiquement taillés chaque année en pleine période de pollens ? En étant taillés à cette période-là cela augmente le brassage et la présence dans l’air des allergènes.... c’est désespérant chaque année de voir les mêmes aberrations réitérées.
    Répondre

    Maxence 29 avril 2021

    Bonjour,
    Il y a d'autres zones totalement prêtes à accueillir des forêts urbaines. La plaine juste en face du cimetière à Dardilly, avenue de Verdun, pourrait s'y prêter !
    Répondre

    Magali 29 avril 2021

    Une vision écolo et sur le long terme! Bravo!
    Répondre

    Sébastien 29 avril 2021

    Quand on voit que la SNCF à raser à nu tout le talus il y a 15 jour, en pleine période de nidification, sur la voie ferré du 7ème sud.. On se dit qu'il y a deux poids deux mesures.

    Et aucune justification de sécurité ne peu être opposé, le talus était en état de bosquet.
    Répondre

    dumontier 29 avril 2021

    Bravo pour ces premieres forets urbaines
    Répondre

    DROGER Jean-Paul 29 avril 2021

    Bonjour,
    vous auriez au moins pu citer le massif des Monts d'Or qui touche plusieurs communes et qui est boisé, quoique un certain de parcelles ne soient pas en bonne santé) . Il est dans la Métropole et "géré" par un syndicat intercommunal.

    Bonne continuation.
    Répondre