actu

Hommage national à Samuel Paty, l’enseignant assassiné

Ma ville au quotidien

Publié le 21 octobre 2020 par La rédaction

Ce mercredi 21 octobre, la France rend hommage à ce professeur d'histoire-géographie assassiné pour avoir fait un cours sur la liberté d'expression.

Aujourd’hui, la France rend hommage à Samuel Paty, le professeur d’histoire-géographie assassiné vendredi dernier devant son collège à Conflans Sainte-Honorine. Samuel Paty a été sauvagement tué pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression.

L’hommage de la Nation lui sera rendu dans la cour de l’université de la Sorbonne à Paris, lieu symbolique de l’esprit des lumières et de l’enseignement. La cérémonie officielle devrait débuter à 19h30. Dans un cadre plus intime, Samuel Paty sera ensuite fait « commandeur des palmes académiques », une reconnaissance liée au monde de l’éducation et à l’enseignement.

A Lyon, une cérémonie se déroulera à 11h45 dans la cour de la préfecture. Une minute de silence sera observée. Les drapeaux des bâtiments et édifices publics, dont ceux de la Métropole de Lyon, seront mis en berne ce mercredi.

A midi, le réseau TCL marquera un arrêt d’une minute. Bruno Bernard invite les voyageurs et voyageuses à respecter une minute de silence en hommage à Samuel Paty.

A la rentrée, après les vacances, un hommage lui sera également rendu dans tous les collèges de la Métropole.

Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, est mort d’avoir éclairé la vie de dizaines de jeunes. Il est mort d’avoir enseigné. Il est mort d’avoir défendu la liberté d’expression.

Bruno Bernard,
président de la Métropole de Lyon

« C’est la grandeur d’un professeur d’avoir veillé, année après année, à enseigner l’histoire, toute l’histoire, à ses élèves. Le colonialisme, l’esclavage, la libération. Les heures de gloires et les heures sombres. A travers les témoignages de ses élèves, de ses anciens élèves, c’est toute cette histoire, l’Histoire qui résonne en eux. Émouvant témoignage, preuve poignante d’un enseignement qui ne renonçait pas.
C’est la grandeur de ce professeur d’avoir veillé à enseigner l’Instruction Civique et Morale au même titre que les grandes dates, les chronologies, les cartes et les capitales. Car enseigner c’est éveiller l’élève à sa condition de citoyen. Une condition faite de droits, de devoirs.
C’est la grandeur de ce professeur d’avoir veillé à toujours transmettre en ancrant des notions parfois abstraites et lointaines dans une réalité familière à ses élèves. Interpeler ce n’est pas manquer de respect, c’est susciter l’attention, initier l’esprit critique.
C’est la grandeur d’un homme d’avoir résisté devant les accusations, c’est le courage de cet homme d’avoir dénoncé la diffamation. C’est la dignité de Samuel Paty d’être retourné devant ses classes du collège du Bois d’Aulne alors qu’il était insulté, diffamé, menacé.
Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, est mort parce qu’il était pleinement engagé dans sa mission au service de ses élèves, de la République. Il est mort d’avoir éclairé la vie de dizaines de jeunes. Il est mort d’avoir enseigné. Il est mort d’avoir défendu la liberté d’expression.
Aujourd’hui, les drapeaux sont en berne. La situation sanitaire nous empêche de nous rassembler physiquement. Mais, chacune et chacun, je vous demanderai de penser à ce professeur, à cet homme avec tout le respect, toute l’admiration, toute la gratitude que nous lui devons, au nom des valeurs de la République. Un hommage lui sera rendu dans tous les collèges de la Métropole à la rentrée des vacances de la Toussaint. »

 

Agrandir l'image

© D.R.
Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

  1. CASTIEL 22 octobre 2020

    OKAY, et concrètement on fait quoi après ?????
    Répondre
    1. VTP 22 octobre 2020

      Oui... plus "facile" au niveau de la gouvernance qu'au niveau individuel...


      On apprend à nos jeunes à se servir correctement des réseaux sociaux, au lieu d'en faire un déversoir de haine et d'insultes ! On fait en sorte qu'il n'y ait plus d'anonymat !
      On défend la laïcité sans pour autant mettre à bas nos traditions, on les revendique, on les défend !
      On (ré)apprend à dire NON, on arrête de baisser son froc , on accepte de ne plus être le puissant pays des Lumières et des Droits de l'Homme pour admettre qu'on n'a plus les moyens de sauver le monde et d'ouvrir nos portes et nos caisses (vides) à n'importe qui... Toutes les cultures (je ne parle pas de religion) sont-elles à même de s'intégrer dans n'importe quel pays ?
      Les différents événements qui secouent notre pays depuis quelques années nous font réagir ...individuellement... peu de temps... après on oublie... et on reprend nos travers égoïstes... et si maintenant on changeait VRAIMENT quelque chose ? Tous ensemble ?
      J'aimerais y croire... 🤔
      Répondre

    Mam's 22 octobre 2020

    Le peu de commentaires en ligne, contrairement à l'habitude, signe pour une fois l'unanimité des français par rapport à ce drame inconcevable... pas de mots pour exprimer son incompréhension, sa révolte et sa tristesse face à un tel acte...
    Répondre

    PETIT 22 octobre 2020

    Devons nous laissé bafouer notre liberté d'expression, d'apprendre, d'enseigner sous prétexte de devoir ce plier à certaines personnes porteuses du mal. Je tire mon chapeau à ce grand homme qui a su enseigner a nos enfants les valeurs de la République Française
    Répondre

    Mouton 21 octobre 2020

    Samuel était dans ma classe en prépa au lycée Herriot. Humble modeste passionné d'histoire.. Il avait choisi le métier d'enseignant par vocation : celle de transmettre et d'éveiller les esprits. Un héros dans l'histoire de France bien malgré lui..
    Répondre