Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche
photo

La plus grande chaufferie biomasse de France

En coulisses

Publié le 7 janvier 2019 par Vincent Huchon

4

La Métropole de Lyon met en service en mars 2019 à Gerland une puissante chaufferie à bois. De quoi alimenter jusqu’à 100 000 foyers en énergie renouvelables et réduire les émissions de CO2. Visite guidée en avant-première des travaux de cette installation nouvelle génération, innovante et performante.

  • La plus grande chaufferie biomasse de France

    La biomasse est livrée et triée dans le bâtiment de gauche avant d’être convoyée dans le silo central. Les copeaux de bois partent ensuite vers les chaudières, à droite.

  • La plus grande chaufferie biomasse de France

    Cette chaufferie de nouvelle génération, construite sur un terrain de 3.7 ha au sud de Lyon, va permettre d’alimenter dans un premier temps 33 000 logements de la Métropole.

  • La plus grande chaufferie biomasse de France

    Silo de stockage des copeaux de bois de la nouvelle chaufferie à biomasse de Surville (7e arrondissement de Lyon). Cette cathédrale de 6.000 m3 peut recevoir l’équivalent de quatre jours de production.

  • La plus grande chaufferie biomasse de France

    Des compagnons chaudronniers fixent les grosses canalisations qui transporteront l’eau chaude. La chaufferie de Surville va entraîner la création de 40 emplois directs.

  • La plus grande chaufferie biomasse de France

    Le hall des trois chaudières à bois d’une puissance totale de 51 megawatts, est en cours d’achèvement, Les fumées sont filtrées pour répondre aux dernières normes de qualité de l’air.

  • La plus grande chaufferie biomasse de France

    Un ouvrier soude un des quatre départs d’eau chaude de la chaufferie de Surville qui produira 20 % de la chaleur distribuée sur le réseau de la Métropole.

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

 
  1. boutet 17 janvier 2019

    je trouve que le terme de chaufferie de biomasse n’exprime pas vraiment qu’il s’agit d’une chaufferie aux bois, mais plutôt dans mon esprit un chauffage à partir de déchets végétaux. C’est donc pour moi une appellation trompeuse. D’où viendra ce bois ?

    Répondre
    1. MET' 17 janvier 2019

      Bonjour,

      La matière première provient de bois déchiqueté, de chutes de scierie, de petit bois et d’écorces… issus de la région, dans un rayon de 90 km maximum pour limiter le transport.

      Répondre
      1. Girard marc 18 janvier 2019

        Bonjour, intéressant.
        Nous avons régulièrement des palettes qui se retrouvent en benne par manque de lieu de recyclage. Acceptez vous ce type de déchets , et ce dans un but d’éviter un passage en déchetterie.
        Un apport gratuit de ces palettes nous rendrait heureux de par le fait qu’elles pourraient êtres directement re-utilises.
        Si ce n’est pas le cas, pensez y, ce serait top.
        Bon courage pour la mise en route.

        Répondre

    DEBARD-ESCRIVA 16 janvier 2019

    Ca c’est du beau boulot !!! et je me demande pourquoi il n’y a pas plus d’installation que ça en France ???? je me souviens de ma visite de la chaufferie urbaine du quartier des Grattes Ciel a Villeurbanne en 1969,que de temps de perdu pour ce type d’usines,si nous avions travaillez dans ce sens,il y avait matière à limiter le transport et la mise en décharge de nos ordures ménagères!!!! De plus écolo et créateur d’emplois sédentaires. Encore une fois BRAVO !!!!

    Répondre