interview

« Le roller derby, un sport pour les joueuses, par les joueuses ! »

Ma ville au quotidien

Publié le 11 juillet 2019 par Vincent Huchon

Lucile, alias Macbernik (2e sur la droite en bas) est présidente de Lyon United Roller Derby. Ce jour-là, sont réunies des capitaines et des représentantes de 3 équipes. Elles saluent au passage l’avancée des joueuses de foot féminine sur le devant de la scène médiatique.

joueuses de roller derby
À notre échelle, on essaye de mettre en place des initiatives

Lucile,
Présidente de Lyon United Roller Derby

Expliquez-nous votre sport

C’est un sport de contact en équipe, essentiellement féminin, mais pas que. Tout se joue au corps. Nouvellement arrivé en France il y a une dizaine d’année, on considère le roller derby comme un sport féministe. Pour nous c’est aussi une forme d’empowerment, d’émancipation, et de responsabilisation !

Et comment les teams roller derby s’organisent ?

C’est un sport associatif, autogéré, on fait tout nous-même. Un sport pour les joueuses, par les joueuses pour ainsi dire ! C’est le premier sport ayant une « politique de genre » officielle. Filles, garçons, cisgenre ou trans, intesexes ou gender fluid, bref : tout le monde peut décider à quelle équipe sportive appartenir, chaque personne fait ce qu’elle veut !

C’est aussi un sport qui repose sur l’entraide sociale. Lors des compétitions, on est hébergées chez les filles de l’équipe adverse, elles nous préparent un petit-déj’… Parce que c’est une seule et même communauté, même à l’autre bout de la France.

Il y a donc progrès à faire en matière de considération du sport féminin ?

Alors oui, il y a du mieux, mais encore du chemin à parcourir ! Nous non plus, on ne sait pas twerker(*). L’arrivée de la Fifa féminine 2019 a enfin réveillé un peu les politiques, qui finissent par s’intéresser à nous. D’autant que les joueuses de foot lyonnaises sont bonnes ! A notre échelle, on a essayé de mettre en place pas mal d’initiatives afin d’être invitées par les médias et continuer à progresser en tant que club.

(*) Lucile fait référence à une polémique qui remonte au mois de décembre dernier. Martin Solveig avait posé une question jugée sexiste à la première Ballon d’Or Ada Hegerberg : « est-ce que vous savez danser le twerk ? »

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.