vidéo

#OnSyMetTous : Changer vos déplacements, c’est votre super pouvoir !

Onsymettous

Publié le 28 juin 2019 par la rédaction du MET'

Avec #OnSyMetTous, la Métropole de Lyon embarque tous les habitants et les habitantes du territoire dans une grande mobilisation en faveur de la transition écologique. Lutter contre le changement climatique, nous en sommes tous capables grâce à des super pouvoirs insoupçonnés ! Changer nos habitudes de déplacements pour privilégier des modes doux comme le vélo, c'est moins d'émissions de CO2, une meilleure qualité de l'air et une activité physique bonne pour la santé !

#OnSyMetTous : Changer vos déplacements, c’est votre super pouvoir !© La Brèche // Métropole de Lyon
Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

 
  1. Maxime 2 juillet 2019

    Bonjour,

    Je me déplace au quotidien dans la Métropole de Lyon en vélo, de mon domicilie à mon travail notamment (11,5km matin et soir), mais aussi en ville.
    Je déplore principalement 3 choses :
    – un maillage discontinu des pistes et voies cyclables. Pour aller travailler je traverse une partie de Saint Priest qui n’est pas équipée de piste cyclable. Résultat : les voitures et camions s’impatientent derrière moi, doublent en me rasant, se rabattent en faisant des queues de poisson. Autre exemple, encore plus agaçant : sur l’avenue Mermoz, qui est en train d’être refaite pour cause de création de la ligne T6, la piste cyclable présente entre le croisement avec le boulevard Pinel et la Place Marc Sangnier aboutit…sur les voies de circulation pour les voitures. Un vrai danger! On dirait que lors des travaux les ingénieurs ont manqué de vision d’ensemble! Comment peut-on encore monter des projets de réaménagement urbains sans laisser une large part des voies de circulation aux piétons et cyclistes? On a le sentiment que sont créées ça et là des bouts de pistes pour pouvoir ensuite afficher que la Métropole dispose d’un réseau de pistes cyclables de XX km. Mais combien sont vraiment destinées à nous protéger? Et ne parlons pas des voies de bus sur lesquelles on a peint un logo de vélo pour dire que c’est là que nous devons rouler : les bus nous doublent, en mettant tout le monde en danger, les taxis nous klaxonnent…
    – l’impunité des automobilistes. Combien se garent soit en double file soit pour une longue période sur les pistes cyclables, en toute impunité? La police passe à côté sans jamais les verbaliser. Et si on a le malheur de leur faire remarquer qu’ils gênent la circulation des vélos et nous mettent en danger en nous obligeant à nous déporter sur les voies de circulation ouvertes aux voitures, ils nous insultent. les même râleront d’ailleurs lorsqu’ils devront doubler un vélo qui se sera déporté sur la route pour éviter une voiture garée sur une piste cyclable. Et lorsque je roule avec ma fille de 2 ans installée dans sa remorque derrière mon vélo, je vous assure que j’ai très peur pour elle.
    – le manque d’emplacements pour garer son vélo : souvent il faut improviser un point d’attache sur une barrière, un poteau, ce qui peut gêner la circulation des autres usagers. C’est regrettable et une mauvaise attache du vélo le rend plus susceptible d’être volé ce qui dégrade les chiffres de la délinquance sur le territoire de la Métropole.

    En conclusion, la conversion de la Métropole de Lyon aux modes doux manque encore un peu d’ambition à mon sens, alors qu’il y a de plus en plus de cyclistes. C’est d’autant plus regrettable que la Métropole propose des subventions à l’achat de vélos.

    Répondre