actu

Précarité et solidarité : quelles sont les aides de la Métropole ?

Coronavirus

Publié le 12 novembre 2020 par Cécile Prenveille

Pour atténuer les effets dévastateurs de ce nouveau confinement pour les personnes les plus précaires, la Métropole de Lyon porte un plan d'actions sociales ambitieux. Ces mesures d'urgence sont soumises au vote de la commission permanente le 16 novembre prochain.

Le premier confinement a eu des conséquences désastreuses pour les plus démuni·es. La Métropole va voter, dès lundi prochain, une série de mesures d’urgence pour accompagner les personnes en grande précarité pendant ce deuxième confinement. Distribuer de la nourriture et des produits d’hygiène, mettre à l’abri les personnes sans domicile et les femmes victimes de violences conjugales, soutenir les initiatives solidaires du territoire…

150 personnes isolées mises à l’abri

Avec son programme « zéro retour à la rue », la Métropole de Lyon permet déjà à 800 personnes de dormir sous un toit. La Métropole veut aller encore plus loin pour ce nouveau confinement et s’appuie sur l’expérience de deux structures pour héberger 150 personnes isolées.

260 000 euros pour 6 associations qui aident les plus fragiles

La Métropole va débloquer un budget de 260 000 euros et prêter des locaux inoccupés pour aider des associations à distribuer de la nourriture et des produits d’hygiène :

La Métropole accorde aussi une subvention de 10 000 euros à Emmaüs Connect. Sa mission : connecter les plus précaires pour qu’ils puissent faire leurs démarches sociales en ligne, répondre à une offre d’emploi, suivre des cours à distance… Lors du premier confinement, l’association a connecté 25 000 personnes et équipé 16 000 jeunes.

Des maraudes avec le bus info santé social de la Métropole

Le bus info santé social, avec à son bord des professionnels de santé et des travailleurs sociaux de la Métropole, part à la rencontre des publics en difficulté pour leur porter assistance pendant la crise. Il se déplacera notamment auprès des familles hébergées par la Métropole dans des hôtels, pour leur parler des services de santé et des aides qui existent, leur distribuer des masques, du gel hydroalcoolique et des produits d’hygiène.

300 000 masques pour l’aide à domicile

2 500 litres de gel hydroalcoolique et 306 500 masques chirurgicaux par mois : voilà ce dont ont besoin les services d’aide à domicile missionnés par la Métropole pour travailler en toute sécurité pendant l’épidémie. La Métropole va prendre en charge ce surcoût important estimé à 100 000 euros par mois.

Un soutien psychologique

La Métropole va verser une subvention de 60 000 euros à la fondation Action Recherche Handicap et Santé (ARHM). Sa mission ? Assurer le suivi des personnes dont la santé mentale est fragilisée par le confinement.

La Métropole soutient aussi la plateforme Live – pour Ligne Info Vinatier Écoute : un numéro de téléphone lancé par le centre hospitalier Le Vinatier en mars dernier. Au bout du fil, des professionnels de la santé mentale écoutent et orientent les personnes qui souffrent de troubles mentaux, leurs proches et les professionnels qui travaillent dans ce secteur.

Accompagner les personnes au RSA

Avec la crise sanitaire, le nombre de personnes au RSA augmente dans la Métropole. Leur nombre a augmenté de 9,5 % depuis janvier 2020. En septembre 2020, 44 199 bénéficiaires ont été indemnisés. Pour les aider à traverser la crise et retrouver du travail, la Métropole travaille en étroite collaboration avec les structures de l’insertion professionnelle.

Des initiatives en ligne pour booster la solidarité

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

Annuler la réponse

  1. Geneviève BERGER 18 novembre 2020

    ... aucune aide à « L’Olivier des Sages » qui organise des distributions de colis alimentaires et de produits d’hygiène au profit des anciens travailleurs immigrés ?
    Répondre