actu

Régie publique de l’eau : 8 bonnes raisons pour sa création

Ma ville au quotidien

Publié le 16 décembre 2020 par Vincent Huchon

Le 14 décembre, les conseillères et conseillers métropolitains ont voté le principe d'une régie publique de l'eau au 1er janvier 2023. Ça parait loin mais un tel projet demande du temps et des négociations. Explications !

Pourquoi une nouvelle régie de l’eau ?

Jusqu’à présent, la gestion et la distribution de l’eau sont confiées par la Métropole à une entreprise privée, Veolia, à travers sa filiale Eau du Grand Lyon. L’objectif de cette décision très importante ? Mieux maîtriser la ressource en eau et préparer l’avenir.

Avec le réchauffement climatique, l’eau sera moins abondante dans les prochaines décennies. Il faut dès maintenant protéger cet élément naturel, limiter les sources de pollution, et lutter contre son gaspillage. Les contrats de délégation de service public avec une entreprise privée ne permettent pas d’agir aussi efficacement sur le long terme tant sur la qualité de l’eau que sur son prix. C’est pourquoi de nombreuses villes et agglomérations en France, comme Paris, Nice, Montpellier ou Grenoble ont déjà fait le choix de la régie publique de l’eau. La Métropole de Lyon pourra ainsi maîtriser l’ensemble du cycle de l’eau : elle s’occupe déjà du traitement des eaux usées, de la gestion des milieux aquatiques et des eaux de pluie. Et elle pourra créer une tarification mieux adaptée pour tous.

1 – Pour mieux protéger notre eau

Fragile, l’eau est un bien commun qui doit être protégé. Les champs de captage de la Métropole, dont celui de Crépieux-Charmy fournissent une eau potable naturelle et contrôlée plusieurs fois par jour. Pour que l’eau soit encore de meilleure qualité et éviter des coûts importants de traitement, la Métropole pourrait acheter les terrains autour des zones de captage pour les protéger des pesticides et autres polluants.

2 – Pour réduire les polluants à la source

La qualité de notre eau passe aussi par une agriculture respectueuse de l’environnement. La Métropole va accompagner les agriculteurs et les agricultrices du territoire à se convertir en bio. tout particulièrement celles et ceux ceux dont les terres sont situées autour des champs de captage de l’eau potable. C’est ce qui a été fait à Paris après le passage en régie.

Quelles sont les activités les plus gourmandes en eau ?

  • 70% Agriculture
  • 20% Industrie
  • 10% Usages domestiques

3 – Pour mieux économiser l’eau

L’eau est une ressource rare : la Métropole travaille à son recyclage. Parmi les pistes étudiées : utiliser dans les toilettes des « eaux grises » : des eaux qui ne sont pas très sales mais pas potables pour autant. C’est l’eau des douches, du lavabo ou du lave-linge. Autre piste : la récupération des eaux de pluie des toitures ou celles que les industriels utilisent dans les chaudières ou les systèmes de refroidissement.

4 – Pour maîtriser le cycle complet de l’eau

On apprend le cycle naturel de l’eau dès l’école primaire : l’évaporation de l’eau de mer, la transformation en nuage et la pluie qui alimente ensuite les rivières …. Pour que l’eau arrive à notre robinet, un autre cycle se met en place : pompage dans les nappes, traitement, distribution dans les robinets, puis traitement des eaux usées, celles que nous rejetons après utilisation. La Métropole s’occupe déjà du traitement des eaux usées, de la gestion des eaux pluviales, des milieux aquatiques et de la protection contre les inondations. Avec en plus la production et la distribution, la Métropole pilotera en régie le cycle complet de l’eau et pourra mieux intervenir.

5 – Pour associer les citoyens et les citoyennes

L’eau est l’affaire de toutes et tous. Il est logique que les usager·es soient associés à la gestion de cette ressource indispensable à la vie. Dans une régie publique de l’eau, les associations d’usagers ou environnementales et les repésentant·es du personnel siègent au conseil d’administration et participent aux décisions.

6 – Pour mieux entretenir notre patrimoine

Contrairement aux entreprises privées, la régie ne versera pas d’argent à des actionnaires. Elle pourra investir massivement pour que les installations soient plus sûres et vieillissent bien. Les canalisations qui apportent l’eau au robinet ont une durée de vie de 100 ans. Aujourd’hui, 15 % de l’eau qui passe dans le circuit de distribution disparaît dans les sols, soit 33 000 litres chaque jour ! La Métropole a décidé de remplacer davantage de canalisations pour limiter les fuites. Chaque année, cela concernera une quarantaine de kilomètres sur les 4 100 du réseau.

7 – Pour des tarifs plus justes

Avec une régie publique de l’eau, il est possible de décider que certains payeront plus ou moins cher l’eau utilisée. Un groupe de travail va plancher sur différents scénarios. Par exemple, les premiers mètres cubes pourraient être gratuits pour les plus précaires. Au-delà d’un certain volume d’eau utilisé, les mètres cubes coûteraient plus cher. Pour remplir une piscine privée par exemple.

8 – Pour préparer l’avenir

L’eau que nous consommons chaque jour provient à 90 % du champ de captage de Crépieux-Charmy sur les bords du Rhône. Mais que se passerait-il en cas de pollution de cette source, ou si le débit du Rhône devait baisser avec le réchauffement climatique ? Pour éviter tout problème d’approvisionnement, la Métropole va étudier la possibilité de puiser l’eau dans la Saône ou d’autres captages. Et cela grâce aux économies réalisées par le passage en régie

Agrandir l'image
L'eau est un bien précieux dont la Métropole de Lyon entend prendre soin
© Thierry Fournier // Métropole de Lyon
Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

  1. Mathieu 18 décembre 2020

    Curieux de voir les économies effectives dans la gestion du service. J'ai toujours eu du mal à être convaincu par l'argument "le public est plus efficace que le privé" (même en prenant en compte les dividendes non versés). Une vision à plus long terme, je n'en doute pas, une gestion plus efficace, je demande à voir.
    Répondre

    Girardy 17 décembre 2020

    2 points. il serait intéressant de connaître les gains en euros espérés par le passage en Régie ( vous parlez d'investir massivement avec ces gains). Ensuite, la consommation moyenne sur la Metropole est d'environ 220 000 m3/jour. 15% de pertes dans le réseau donne 33 000 m3 par jours et pas de 33 000 litres par jour. Rénover 40km par an (1% du réseau !) signifie un gain de 0.15% par jour. Pas terrible comme objectif !
    Répondre

    Van Dorsselaer Aurora 16 décembre 2020

    Depuis le temps que je l'avais demandé au président de la métropole.
    Répondre

    BERTRAND 16 décembre 2020

    J'habite Corbas donc dans la métropole. Il me semble, sauf erreur de ma part, qu'il y a deux stations de pompage de l'eau dans ma ville, une route de Marennes et l'autre près du terrain d'aviation. Où va cette eau, qui en bénéficie ?
    Ma maison est dans un lotissement privé de 182 habitations. Si un problème sur le réseau d'arrivée d'eau ou d'égout survient, les réparations seront elles à nos charges ?
    Répondre
    1. La rédaction 14 janvier 2021

      Bonjour
      Je reviens vers vous avec des informations sur les stations de pompage installées à Corbas. Les habitants de la commune de Corbas sont alimentés par les captages de Romanette à Corbas, de 4 Chênes à saint Priest ainsi que par le champs captant de Crépieux Charmy. Le captage qui se trouve près de l’aérodrome est un captage privé desservant la zone industrielle de Saint Priest / Corbas / Vénissieux. Il n’est pas géré par la Métropole et ne dessert aucun des usagers de la société d’Eau du Grand Lyon.
      Bonne fin de journée
      Répondre
    1. La rédaction 18 décembre 2020

      Bonjour,
      Les problèmes sur le réseau situés sur les voies privées sont à la charge de la copropriété dans la grande majorité des cas. Vous pouvez faire une demande sur Toodego pour savoir s'il existe une exception à votre adresse : https://demarches.toodego.com/sve/question-eau-et-assainissement/.
      On se renseigne pour savoir où va l'eau des stations situées route de Marennes et près du terrain d'aviation et on vous dit dès que possible;
      Bonne journée
      Répondre
    1. La rédaction 18 décembre 2020

      Bonjour,
      On se renseigne et on revient vers vous dès que possible,
      Bonne journée
      Répondre