actu

10 bonnes raisons d’aller à la Cité de la gastronomie

On sort

Publié le 23 octobre 2019 par Charlotte Petit

En 1934, Lyon est désignée pour la 1ère fois capitale de la gastronomie par le critique culinaire Curnonsky. Près d’un siècle plus tard, sous l’impulsion de la Métropole de Lyon, la première Cité internationale de la gastronomie ouvre ses portes. Elle est installée dans la partie la plus ancienne du Grand Hôtel-Dieu : 4 000 m² pour goûter, toucher, sentir et même voyager. 4 000 m² pour découvrir les secrets des chefs, jouer à une dînette géante avec ses enfants, découvrir le piano de Bocuse, admirer le dôme mythique de l’Hôtel-Dieu… Toutes les raisons sont bonnes pour aller à la Cité ! Voici notre top 10.

  • 10 bonnes raisons d'aller à la Cité de la gastronomie

    Il y a plein de bonnes raisons de visiter la Cité internationale de la gastronomie.

    © Thierry Fournier // Métropole de Lyon

1. Percer le secret de la tarte aux pralines

À l’étage de la Cité internationale de la Gastronomie, une salle entière est dédiée à l’histoire et aux grandes figures de la cuisine lyonnaise, comme la Mère Brazier et Paul Bocuse. On admire le piano de cuisson du « pape de la gastronomie », on sent l’odeur de la pintade qui mijote, on touche le couteau à champignon du chef étoilé Régis Marcon. Et on devient incollable sur les spécialités locales : sabodet, cardons, salade lyonnaise… et surtout la tarte aux pralines. Miam !

 

2. Comprendre enfin pourquoi Lyon est LA capitale de la gastronomie 

Dès 1934, le célèbre critique culinaire Curnonsky qualifie Lyon de « capitale mondiale de la gastronomie ». 85 ans après, ouvre la première Cité internationale de la gastronomie. Et elle s’installe… à Lyon bien sûr !

Il y a une grande effervescence à Lyon autour du bon produit

Régis Marcon,
Chef 3 étoiles

La qualité de ce qu’on trouve dans les assiettes lyonnaises vient de la position géographique du territoire au cœur des anciennes routes commerciales et de terroirs d’exception. À la Cité, une grande carte met en lumière ce territoire : de la raviole de l’Isère à la viande charolaise, du poulet de Bresse aux vins du Beaujolais.

3. Dîner avec Louis de Funès

Et si on partageait un repas avec Louis de Funès ou Catherine Deneuve ? Dans la pénombre de la salle « À table », on se met à table… avec des personnages de fiction. Devant nous, plusieurs écrans diffusent en boucle des centaines d’extraits de film, de L’Aile ou la cuisse à Ratatouille en passant par Peau d’âne ou encore La Grande bouffe…  De quoi s’immerger dans le repas gastronomique français, classé depuis 2010 au patrimoine immatériel de l’UNESCO.

4. Voir des chefs en action

Au dernier étage de la Cité de la gastronomie, dans une grande cuisine ouverte, des chefs préparent à manger devant les visiteurs. Formés par Régis Marcon, ils sont aussi là pour raconter l’origine des produits, décrire les techniques utilisées, bref échanger et partager… Et on peut déguster leurs préparations. Une formule de trois bouchées accompagnée d’un verre est proposée à 12 € (en plus du ticket d’entrée). Et on se met à table dans le grand réfectoire avec vue imprenable sur les jardins du Grand Hôtel-Dieu.

5. Se mettre à jour sur le bio

Avec des expositions, des conférences, des stands de producteurs… la Cité de la gastronomie est un lieu pour s’informer des tendances et des enjeux de l’alimentation et de la nutrition. On y parle du bio, des circuits courts, des produits de saison. On s’interroge aussi sur l’avenir. L’ancienne salle du conseil de l’hôpital, transformée en un salon cosy, est consacrée à l’alimentation de demain, avec tablettes, écrans et magazines.

 

6. Donner aux enfants envie de bien manger

Imaginez une immense dinette, une cuisine toute équipée à hauteur d’enfant où tout s’ouvre, se touche et s’utilise. Bienvenue dans l’espace « MiamMiam », un étage entier dédié au jeune public. Ici on rappelle que le lait ne vient pas des briques du supermarché, on découvre les gestes de la cuisine, les ustensiles. On peut même s’installer dans une bouche pour jouer à trouver quels sont les aliments à manger pour rester en bonne santé.

7. S’émerveiller sous le dôme de l’Hôtel-Dieu et son lustre géant 

En visitant la Cité, vous pénétrez dans la partie la plus ancienne de l’Hôtel-Dieu, classé monument historique. Boiseries, sculptures, dôme monumental… On en prend plein les yeux. Cet ancien hôpital a été conçu au 12e siècle avec quatre ailes pour éviter la propagation des virus. C’est ce qui explique son excellent taux de guérison pour l’époque : 13 patients sur 14 survivaient. Cela a inspiré l’artiste Vincent Breed qui a conçu une sculpture géante composée de 13 cuillères installée sous le grand dôme des « quatre rangs ». Un vrai symbole car les cuillères servaient à administrer les traitements comme à se nourrir.

8. Admirer les folies potagères d’Arcimboldo

Le cycle des expositions débute en décembre avec des œuvres revisitées d’Arcimboldo, peintre italien du 16e siècle célèbre pour ses portraits détournant des fruits et légumes.

 

9. Remonter le temps comme par magie

L’apothicairerie, c’est l’ancêtre de nos pharmacies. La Cité de la gastronomie abrite un ensemble de plusieurs armoires et étagères en bois, datant au 17e siècle et finement restaurées. Elles servaient autrefois à entreposer les préparations, médicaments et poisons. Dans un décor digne d’Harry Potter, on se promène parmi ces flacons aux noms étranges : aigremoine, rosarum, valeriane, fumeterre…  La plupart de ces plantes étaient autrefois cultivées dans les jardins de l’Hôtel-Dieu.

10. Devenir incollable sur les cuisines du monde

D’où viennent les artichauts ? Quelle fut le premier livre de cuisine ? Que mangent les Mexicains au petit-déjeuner ? L’atlas mondial de la gastronomie nous fait voyager nous fait voyager à travers les recettes du monde, les produits, les ustensiles utilisés, les rites liées aux repas…

En 2020, le Japon sera le premier pays invité par la Cité à venir faire découvrir ses traditions culinaires.

 

 

 

 

infos pratiques

Accès
Métro Bellecour
La Cité internationale de la gastronomie est située au rez-de-chaussée du Grand Hôtel-Dieu. On y accède le plus facilement par la porte de la Place de l’Hôpital, en traversant le jardin.

Horaires
Ouvert tous les jours de 10h à 19h (fermé le 25 décembre, 1er janvier et 1er mai). Nocturne les samedis jusqu’à 22h.

Tarifs
Entrée : 12 € adultes, 8 € enfants (-16 ans), 3 € demandeurs d’emploi et bénéficiaires de minima sociaux.
Gratuit pour les moins de 5 ans et les accompagnateurs de personnes à mobilité réduite.
Pass annuel à 51 € (23 € pour les – 16 ans).

Dégustation : 12 €.

 

 

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.