actu

Un hôtel à castors sur les bords du Rhône

Ma ville au quotidien

Publié le 16 janvier 2020 par la rédaction du MET'

Un projet pour ramener de la nature sauvage au cœur de Lyon vient de démarrer. Gabiodiv, ce sont des structures végétales installées au bord de l’eau qui vont servir de refuge à des animaux, des poissons et des insectes qu'on ne trouvait plus en ville.

Si vous vous promenez sur les berges du Rhône entre le pont de la Guillotière et la piscine du Rhône, vous apercevrez de drôle de constructions recouvertes de bois et de petits galets. C’est le projet Gabiodiv porté par l’association « Des espèces parmi Lyon » et soutenu par la Métropole de Lyon.

Faire revenir la biodiversité au cœur de la ville

En décembre dernier, des structures en acier ont été installées au bord de l’eau, sur 65 mètres. Ces petites cages sont végétalisées et serviront bientôt d’habitat pour des dizaines d’espèces typiques du Rhône. Au printemps, grenouilles, martins-pêcheurs, libellules, papillons, hérons et autres castors pourraient bien refaire leur apparition sur les quais du Rhône !

L’expérimentation va durer 5 ans. Objectif : faire revenir la biodiversité en plein centre-ville et dépolluer les cours d’eau.

Avec cette initiative écologique, des dizaines d’insectes, oiseaux et autres animaux familiers des berges du Rhône devraient revenir dans le fleuve. Toutes ces espèces l’avaient déserté à cause de l’artificialisation des berges. En créant des habitats naturels propices aux animaux aquatiques, la nature sauvage en centre-ville reprendra ses droits !

Les gabions sont des cages métalliques en acier de 2,50 mètres de long amarrées au quai et au fond du fleuve. Elles sont reliées entre-elles pour créer les 65 mètres de bande végétalisée flottante. Quatre types de végétaux sont plantés et une flore sauvage viendra spontanément s’implanter.

Agrandir l'image
Les structures sont végétalisées et vont devenir des refuges pour la faune sauvage
Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

 
  1. Crassard Françoise 17 janvier 2020

    Très chouette idée si vous avez besoin de bénévoles je suis des votres.a vous lire

    Répondre

    Haution Dominique 17 janvier 2020

    Bonjour J’ai hate de voir toute cette petite faune . Espérons que ce sera respecté .
    Bravo

    Répondre

    sauzet 17 janvier 2020

    Bonjour,
    Je suis ravie de prendre connaissance de votre projet.
    Ca serait formidable de voir arriver la faune sauvage jusqu’à nous!!
    Merci pour cette belle initiative.

    Répondre

    PAUL Gabriel 16 janvier 2020

    Bonjour
    Très bonne initiative, mais pour que tout cela fonctionne, il faut que toute la chaine alimentaire se réinstalle, allant du végétal à l’animal mais en passant par les insectes rampants et volants que nous ne supportons guère.
    Insectes que nous avons éradiqués dans nos lieux de vie, pour leurs nuisances propres, ainsi que toutes les maladies dont ils sont quelques fois le vecteur.

    Répondre