actu

Un revenu solidaire pour les jeunes en galère

Ma ville au quotidien

Publié le 8 juin 2021 par La rédaction

Pas de travail, aucun droit au chômage, pas encore l’âge du RSA… Près d’un quart des 18-24 ans vivent en dessous du seuil de pauvreté dans la Métropole de Lyon. Pour les aider à s’en sortir, la Métropole expérimente un revenu solidarité jeunes. Avec un site web dédié aux aides pour les moins de 25 ans.

Il existe déjà des outils pour aider les jeunes mais c’est insuffisant en cette période de crise. Le revenu solidarité jeunes (RSJ) est l’une des réponses apportées par la Métropole à la précarité vécue par la jeunesse. Un filet de sécurité pour les jeunes qui ne répondent pas aux critères des aides existantes. Ce RSJ a été imaginé en concertation avec les jeunes eux-mêmes et avec les structures d’insertion et d’accompagnement. Toutes les infos sont sur le nouveau site web de la Métropole dédié au RSJ et aux aides pour les jeunes : aides-jeunes.grandlyon.com

C’est quoi ce RSJ ?

Ce revenu solidarité jeunes est une aide financière et un accompagnement personnalisé :

La Métropole y consacre une enveloppe de 10 millions d’euros pour l’année 2021.

C’est pour qui ?

Ce RSJ s’adresse aux jeunes de 18 à 24 ans qui ne suivent pas d’études et habitent dans la Métropole de Lyon depuis plus de 6 mois.  Il est destiné à celles et ceux qui n’ont pas ou peu de ressources, c’est-à-dire moins de 400 euros par mois, et qui ne sont pas aidés financièrement par leurs parents ou un tiers.  Autre condition nécessaire pour toucher le RSJ : ne pas déjà bénéficier d’autres aides.

Comment ça se passe ?

Les portes d’entrée sont les missions locales et les associations partenaires : elles sont  toutes référencées sur le site aides-jeunes.grandlyon.com. Au premier rendez-vous, les jeunes rencontrent les conseillers qui vont les aider à monter leur dossier et les aiguiller pour sortir au plus vite de la précarité. En retour, les jeunes s’engagent dans un suivi régulier, avec rendez-vous tous les 3 mois pour faire le point sur la situation.

24 mois étalés dans le temps

Prévus pour durer 24 mois maximum, les versements peuvent être suspendus temporairement. Si le jeune trouve un emploi saisonnier par exemple. Dès que le job s’arrête, l’aide reprend.

  • 400 euros par mois
  • Pendant 24 mois
  • 2000 jeunes concernés dans la Métropole

Toutes les aides pour la jeunesse

aides-jeunes.grandlyon.com
Le site recense toutes les structures auxquelles les jeunes peuvent s’adresser pour monter leur dossier RSJ. Il propose aussi des conseils pour trouver un logement, un job, passer son permis…. Il a été monté en partenariat avec le CRIJ et son site info-jeunes.fr.

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

Annuler la réponse

  1. LOUIS 17 juin 2021

    Moi je suis contre la censure de la métropole exercée ici/ Honte a vous
    Répondre

    ABRAHAM 12 juin 2021

    Pourquoi pas une aide de ce type là...je n'y suis pas opposé . Maintenant, il y a aussi les droits et les devoirs. Comment encourager le jeune à chercher un emploi comme d'autres le font?
    Répondre
    1. La rédaction 14 juin 2021

      Bonjour,
      il y a deux choses dans ce revenu de solidarité : l'aide financière d'une part mais aussi un accompagnement par un conseiller spécialisé dans le but justement de sortir de la galère et de trouver un emploi.
      Bonne journée
      Répondre

    BONNETAT 8 juin 2021

    Ne pas donner d'argent ; c'est trop facile !
    Donner une formation gratuite et récompenser ensuite
    Répondre
    1. Girardy 11 juin 2021

      100% d’accord. Quand on voit les demandes d.embauche notamment dans la restauration ....
      J’espère au moins qu’ils seront payés en gonettes, pas sûr que les dealers acceptent cette monnaie !
      Répondre
      1. Céline 16 juin 2021

        Mais bien sûr ! c'est bien connu, tous les jeunes sans travail et sans ressources sont des drogués... vous avez une belle image de notre jeunesse, vraiment !
        Répondre
      1. Bonnetat 11 juin 2021

        Merci
        Nous sommes sûrement la majorité
        Répondre