actu

Une nouvelle aide fiscale pour les entreprises frappées par la crise

Ma ville au quotidien

Mis à jour le 19 novembre 2020 par Joana Guerra Mota

Les élu·es de la Métropole viennent d'adopter une nouvelle mesure pour venir en aide aux entreprises les plus durement touchées par la crise sanitaire. 5300 établissements de la Métropole pourraient bénéficier d'une réduction des 2/3 de leurs cotisations foncières pour l'année 2020.

Coup de pouce fiscal aux entreprises : la Métropole accorde une exonération fiscale aux entreprises du territoire dont l’activité dépend de la présence du public : tourisme, hôtellerie, restauration, sport, culture, transport aérien et événementiel.

Cette exonération fiscale concerne la CFE, pour cotisation foncière des entreprises. Il s’agit d’une taxe payée par les entreprises qui possèdent des locaux et/ou des terrains (soumis à la taxe foncière donc) dans une des 59 communes de la Métropole de Lyon.

Ainsi, la CFE va être réduite des 2/3 pour l’année 2020. Pour être éligible à ce dégrèvement, l’entreprise doit remplir 2 conditions :

Seules les entreprises installées dans une des 59 communes de la Métropole pourront bénéficier de cette aide. Selon une estimation, 5300 établissements sont concernés par cette aide, sur les 90 000 de la Métropole.

Cette réduction de la CFE représente environ 9,2 millions d’euros dont 4,6 millions d’euros à la charge de la Métropole. Le reste est pris en charge par l’État.

Si votre entreprise est éligible, le dégrèvement est automatique, vous n’avez pas de démarche à effectuer. Pour toute question relative à la CFE ou une demande de correction, il faut contacter le service des impôts des entreprises dont vous dépendez. Les coordonnées figurent sur votre avis d’imposition.
Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

  1. Lespielle 8 novembre 2020

    Les coiffeurs et les esthéticiennes ne sont pas concernés ?
    En quoi ne sont ils pas touchés durement par la crise ?
    Payer la CFE va finir de les tuer !
    Répondre