actu

Une nouvelle chaufferie bois à Givors pour du chauffage moins cher et plus écologique

En coulisses

Publié le 8 novembre 2021 par la rédaction du MET'

La Métropole de Lyon vient d’inaugurer une nouvelle chaufferie à Givors, adossée à celle qui existe déjà rue Vernes. C'est une chaufferie biomasse pour alimenter en eau chaude et en chauffage environ 2700 foyers. L’énergie produite est moins chère et plus verte : on vous explique pourquoi.

À Givors, 2000 logements, le gymnase, des écoles, la piscine et même la caserne des pompiers sont désormais chauffés grâce au réseau de chauffage urbain. C’est presque deux fois plus qu’avant ! Et c’est possible grâce à d’importants travaux qui ont duré deux ans, pour moderniser la chaufferie existante..

Chaufferie de Givors : mais comment ça marche ? 

  • Une nouvelle chaufferie bois à Givors pour du chauffage moins cher et plus écologique

    Implantée dans le quartier des Vernes, la chaufferie est le point de départ du réseau de chaleur de Givors.

    © Thierry Fournier // Métropole de Lyon

La chaufferie fonctionne grâce à un ensemble d’équipements :

Résultat, la chaleur produite dans la chaufferie vient à 65 % du bois, à 14 % de la récupération de la fumée et à 21 % du gaz. Vous avez fait le calcul ? Ça fait 74 % d’énergie renouvelable, les trois quarts !

Réseau de chaleur de Givors : 74 % d’énergies renouvelables

Voilà pourquoi la Métropole de Lyon favorise ce système de chauffage : il est beaucoup plus écologique qu’un chauffage individuel électrique, au gaz, ou même un poêle à bois. La nouvelle chaufferie de Givors permettra à la Métropole d’économiser chaque année 4500 tonnes de CO2, soit l’équivalent de 4500 allers-retours Paris New-York en avion. En plus le bois utilisé provient des alentours de la Métropole, ce qui limite l’empreinte carbone liée au transport de la matière de chauffage.

Le second avantage, c’est que la facture d’énergie des givordins alimentés par le réseau de chaleur urbain devrait être largement allégée. Pourquoi ? Car comme beaucoup d’énergies renouvelables, le bois est moins cher et connaît beaucoup moins de variations de prix que les énergies fossiles (fioul, gaz…).

On fait brûler quoi, exactement, dans la chaufferie de Givors ?

La chaudière est alimentée par ce qu’on appelle de la biomasse. Autrement dit, c’est du bois, de différentes origines :

  • 60 % du bois vient de l’entretien des forêts ou de l’élagage des arbres dans les parcs des alentours (moins de 100 km)
  • 40 % vient de déchets en bois comme des palettes et des cagettes non traitées ou des produits d’emballage en fin de vie

Cette biomasse est collectée et traitée par le centre de Vernaison, à une dizaine de kilomètres de Givors, puis livrée par camion vers la chaufferie. 8000 tonnes de bois sont ainsi utilisées par an.

  • Une nouvelle chaufferie bois à Givors pour du chauffage moins cher et plus écologique

    Voilà ce qui brûle dans la chaufferie : des déchets de bois venus des alentours.

    © Thierry Fournier // Métropole de Lyon

Bientôt 200 000 logements reliés au réseau de chaleur dans la Métropole de Lyon

Le réseau de chaleur est sous nos pieds. Dans l’ensemble de la métropole, courent près de 250 km de tuyaux qui relient des unités de production de chaleur, comme la chaufferie de Givors, à différents bâtiments : hôpitaux, écoles, immeubles, bureaux, etc. Aujourd’hui, plus de 80 000 logements sont chauffés de cette façon. L’objectif de la Métropole pour 2026 : atteindre 200 000 logements. Les réseaux de chaleur ont un rôle important à jouer dans la transition énergétique, car ils distribuent une énergie majoritaire renouvelable ou de récupération.

Agrandir l'image
Implantée dans le quartier des Vernes, la chaufferie est le point de départ du réseau de chaleur de Givors.
© Thierry Fournier // Métropole de Lyon

services associés

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

  1. gcastiel 13 novembre 2021

    Ah c'est pour Givors ???? Eh bien tant mieux, grand bien leur fasse !!!!!!
    Répondre

    Rif 11 novembre 2021

    Pour faire suite à mon message précédent :

    Répondre

    Rif 11 novembre 2021

    Bonjour ! existe t-il des études sérieuses sur la possibilité de methanisation des dejections humaines ? En effet ce sont des déchets inévitables, locaux, et inépuisables...
    Par avance, merci pour votre réponse
    Cordialement
    Répondre
    1. Antoine H 15 novembre 2021

      Oui, ca existe déjà et ca se développe. Ca se situe au niveau du traitement des eaux en station d'épuration. Les eaux usées contiennent assez de matières organiques pour pouvoir les envoyer en méthanisation souvent via des boues.
      Par exemple et pour plus d'infos : projet-methanisation.grdf.fr/la-methanisation/la-methanisation-quest-ce-que-cest/produire-du-biomethane-a-partir-des-eaux-usees
      Répondre