actu

2021 : année record pour le vélo dans la Métropole de Lyon

Ma ville au quotidien

Publié le 6 janvier 2022 par La rédaction

Près de 38 millions de déplacements à vélo ont été comptabilisés en 2021. Soit une hausse de 21% par rapport à 2020. Objectif d'ici 2026 : multiplier par trois la pratique du vélo.

La pratique du vélo continue de progresser dans la Métropole de Lyon avec une hausse de 21% par rapport à l’année 2020 et de 36% par rapport à 2019. En 2021, près de 38 millions de déplacements à vélo ont été comptabilisés dans la Métropole de Lyon. Soit une hausse de 8 millions par rapport à 2020.

Pour Vélo’v aussi 2021 a été l’année des records avec 9 124 238 locations sur l’ensemble de l’année 2021. Le dernier record remontait à l’année 2016. Le réseau s’est étoffé avec le passage de 348 à 428 stations et l’agrandissement de 60 stations existantes. En moyenne, on comptabilise 25 000 locations quotidiennes avec des pointes à 49 000, record absolu en septembre dernier ! Un vélo’v est loué en moyenne par 6 personnes par jour. Ce chiffre est monté à 12 locations par vélo et par jour en septembre dernier. Aujourd’hui, le nombre d’abonnés du service, en nette augmentation, s’élève à 76 156.

Le top 3 des axes cyclables

Pour retrouver tous les points de comptage, c’est par ici.

Ces chiffres records prouvent que la politique que nous menons en faveur des mobilités actives porte ses fruits. Nous avons pérennisé près de 100 km de voies cyclables déployées en urgence en raison de la crise du Covid en début de cette année et les travaux des premières lignes des Voies Lyonnaises ont déjà commencé. Nous avons aussi entrepris de nombreux travaux de résorption de plusieurs points noirs ainsi que d’apaisement des rues pour déclencher chez les habitantes et habitants encore réticents à utiliser le vélo, l’envie de s’en servir comme moyen de déplacement à part entière

Fabien Bagnon,
Vice-président délégué à la voirie et aux mobilités actives

 

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

Annuler la réponse

Conformément à la Loi ≪ Informatique et Libertés ≫ modifiée, la collecte et le traitement de vos données à caractère personnel sont nécessaires pour répondre à votre sollicitation. La base légale du traitement est votre consentement que vous donnez en cochant la case "En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies dans ce formulaire soient enregistrées par le site MET' pour permettre de me recontacter.". Les données traitées sont : nom, adresse e-mail. Les destinataires de ces données personnelles, sont, dans le strict cadre des finalités énoncées ci-dessus, les services concernés de la Métropole et les prestataires externes auxquels elle fait appel. Ces données seront conservées durant 2 ans. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles. Lorsqu'un consentement est nécessaire au traitement, vous disposez du droit de le retirer. Sous certaines conditions réglementaires, vous disposez du droit de demander la limitation du traitement ou de vous y opposer. Vous pouvez exercer ces différents droits en contactant directement le Délégué à la Protection des Données par courrier en écrivant à l’adresse : Métropole de Lyon – Délégué à la Protection des Données - Direction des Affaires Juridiques et de la Commande Publique - 20, rue du Lac - BP 33569 - 69505 Lyon Cedex 03 ou par le biais du formulaire à l'adresse suivante : https://demarches.toodego.com/sve/proteger-mes-donnees-personnelles/. Les réclamations touchant à la collecte ou au traitement de vos données à caractère personnel pourront être adressées au service du Délégué à la Protection des Données (DPD), dont les coordonnées ont été précisées ci-dessus. En cas de désaccord persistant concernant vos données, vous avez le droit de saisir la CNIL [autorité de contrôle concernée] à l’adresse suivante : Commission Nationale Informatique et Libertés, 3 place de Fontenoy 75007 Paris, 01 53 73 22 22, https://www.cnil.fr/fr/vous-souhaitez-contacter-la-cnil

  1. willy 10 janvier 2022

    Bonjour,
    Avez vous un chiffre de ce que ça représente en part modale des déplacements pour 2021 ?
    Répondre

    Romain Barrallon 10 janvier 2022

    Bonjour, on ne peut que se réjouir d'une telle progression même si l'on peut constater une forte hétérogénéité des aménagements entre les territoires. Par exemple, on peut se profiter de doubles sens généralisés et de priorités avec des panneaux M12 à Lyon 7, alors que les bandes ou pistes cyclables sont encore quasiment inexistantes à Sainte-Foy-lès-Lyon. Par ailleurs, j'aimerais savoir si l'aide de la métropole pour l'achat d'un VAE sera toujours en vigueur en 2022 ?
    Répondre
    1. La rédaction 10 janvier 2022

      Bonjour,
      Pour l'instant nous ne savons pas encore si l'aide va être reconduite pour 2022. Nous vous tiendrons informés dès que possible.
      Merci, bonne journée
      Répondre

    Stephen 8 janvier 2022

    Entièrement d'accord avec J-M et V. D'abord piéton, ensuite cycliste et accessoirement automobiliste, je partage la même impression de régression. Il a fallu en France près d'un siècle pour arriver à une forme de cohabitation entre l'automobiliste et les autres. Aujourd'hui, la plupart des trottoirs ne servent plus comme places supplémentaires de stationnement, la vitesse s'est considérablement réduite pratiquement partout, la majorité des automobilistes s'arrêtent aux passages pour piétons et, me semble-t-il aux feux qui passent au rouge. Or, l'essor du vélo comme moyen de déplacement s'accompagnent indéniablement d'une détérioration du comportement des cyclistes et une augmentation évidente de l'incivisme. La vitesse s'accroît, les trottoirs sont de nouveau livrés à l'anarchie, les feux de circulation ne sont pas du tout respectés, la nuit un trop grand nombre de cyclistes considèrent que posséder un éclairage qui marche est parfaitement superflu, et que rouler dans le sens de la circulation n'a aucune importance. (Je laisse de côté les individus qui roulent sur une trottinette électrique ; manifestement ils constituent une cause perdue.) Les différentes strates du mille-feuille lyonnais portent une part de responsabilité. Les Berges du Rhône sont un axe important pour les cyclistes; or rien ne permet au piéton de distinguer la voie pour piétons de celle réservée aux cyclistes. Il suffirait d'un simple marquage au sol, des panneaux, que sais-je, au lieu de laisser perdurer une situation très dangereuse. La politique absurde de subventions accordées pour l'achat d'un vélo électrique (et qui profite majoritairement à ceux des classes plutôt aisées) a produit un impact énorme sur la vitesse. Outre les vélos électriques dont certains roulent beaucoup trop vite, certains cyclistes se servent des voies sur berge comme piste d'entraînement pour le Tour de France. Le code de la route doit être le même pour tous, pour que chacun puisse circuler en sécurité ; ainsi une mesure comme celle autorisant les cyclistes de prendre un certain nombre de rues, souvent parmi les plus étroites, à contresens, est irresponsable et très dangereuse, surtout la nuit.
    Les quelques campagnes puériles menées pour de faire un peu de pédagogie sont dérisoires.
    Malheureusement il faudra qu'un jour la ville accepte de prendre ses responsabilités et de sévir devant le non-respect croissant des règles élémentaires de bonne conduite cycliste.
    La Ville de Lyon s'autocongratule trop fréquemment devant la quantité, comme le démontre l'article ci-dessus, au lieu d'examiner l'impact sur la qualité. Si rien n'est fait, plus il y aura des cyclistes, plus l'agressivité, l'anxiété et le stress s'accroîtront. C'est à la ville de prendre au sérieux l'impact délétère sur l'ensemble de la population.
    Répondre

    Jean-Michel 8 janvier 2022

    On ne peut que se réjouir de cette tendance au "retour" des deux roues dans la ville. Par contre, elle ne doit pas de faire au détriment des piétons. Ce qui semble malheureusement se produire aujourd’hui. On a vu les automobilistes devenir beaucoup plus respectueux des piétons; paradoxalement une majorité de cyclistes estiment qu'ils n’ont pas à respecter les règles ni de la courtoisie élémentaire, ni du code de la route. Si bien que certains axes, qui avaient été apaisés au fil du temps, redeviennent source de stress et d'inquiétude, comme les voies sur berges, où on observe des véhicules circuler à des vitesses phénoménales au milieu des passants. Il faut absolument contrer ce phénomène.
    Répondre

    Val 8 janvier 2022

    Bonjour, malheureusement, le comportement irrespectueux des vélos a aussi grandi envers les piétons. les incivilités sont permanentes. ils ne marquent pas l arrêt, vous foncent dessus, car ils roulent aussi sur les trottoirs mm qd il y a une piste cyclable. Par ex, pour pouvoir traverser sous les voûtes de j.macé à pieds, ce que je dois faire 2 fois par jour pour mon travail, c est très dangereux. Et ce n est pas le seul endroit C est clairement devenu une source d insécurité de plus dans notre ville. Certains endroits ne sont ,de fait, plus empruntables par les personnes âgées, et je trouve cela bien triste et navrant. Hélas ce ne sont pas les affichettes informatives sur les règles de circulation pietons/vélos, déposées dans les boîtes aux lettres, qui changeront ces comportements délictueux. Il faudrait bcp plus de sévérité envers les cyclistes, qui se croient clairement tout permis, pour la très grande majorité d entre eux. Et moins de vélos et trottinettes qui polluent notre cité, mais d une autre manière. Cdt
    Répondre