actu

Conducteurs, cyclistes, piétons : la rue ça se partage !

Ma ville au quotidien

Publié le 13 janvier 2022 par Charlotte Petit

Entre piétons, voitures, vélos et plus récemment trottinettes, on le sent, la tension monte. Voici quelques clés pour comprendre les inquiétudes des uns et des autres et les bons réflexes à adopter pour partager la rue en restant zen !

Sur nos réseaux sociaux ou dans les commentaires du site les réflexions sur les mauvais comportements des uns et des autres ou sur les choix de la Métropole reviennent régulièrement. Voilà quelques réponses.

Sur la place laissée aux voitures

Toujours plus de pistes cyclables, des voies de bus… En ville, ça devient impossible de se garer, on subit toujours plus de bouchons et de stress ! Tout est fait pour que la voiture devienne une vraie galère ou quoi ? 

En ville, les voitures occupent 80 % de la chaussée, alors qu’elles ne représentent que 42 % des déplacements… C’est normal de vouloir rééquilibrer et donner plus de place à la marche, au vélo et aux transports en commun. Pour cela, la Métropole élargit les trottoirs, crée des pistes cyclables, des parkings vélos et des voies réservées au bus et au tramway.

Certains chiffres sont très parlants. Sur une voie de 3 mètres de large, on fait passer :
17 000 cyclistes par jour sur les quais du Rhône,
– 30 000 personnes par jour sur la ligne du bus C3,
– 10 000 personnes en voiture maximum.

 

Le bon réflexe

 

Vérifiez que vous ne pouvez pas faire votre trajet en tram, métro ou bus avant de prendre votre voiture ! Pour le savoir, consultez le site des TCL ou utilisez des applications comme onlymoov !

Et pourquoi ne pas regarder ce que donnerait votre trajet à vélo ? Saviez-vous qu’en ville, la vitesse moyenne est de 15 km/h à vélo, contre 14 km/h en voiture ? Pour une distance de moins de 5 km, le vélo est le moyen de déplacement le plus rapide. Pour calculer des temps de trajet en vélo et trouver des itinéraires sécurisés, Géovélo peut vous aider.

Et si la voiture est indispensable, pensez aux solutions de covoiturage.

 

Le saviez-vous ?
Les voies réservées bus-vélos sont précieuses pour accélérer les interventions du Samu et des pompiers, quand chaque seconde compte.

  • Conducteurs, cyclistes, piétons : la rue ça se partage !

    La Métropole de Lyon développe le réseau de pistes cyclables pour rééquilibrer le partage de l'espace.

    © Thierry Fournier // Métropole de Lyon

 

Sur la place des piétons

 Est-ce qu’on oublierait pas un peu que les piétons sont les plus fragiles ? Quand je traverse, je me fais des frayeurs entre les cyclistes qui grillent les feux et les voitures qui freinent au dernier moment !

C’est vrai, les piétons sont les plus vulnérables. En 2019, ils sont 17 à avoir été tués sur la route dans la métropole de Lyon. Et dans plus d’un accident sur deux, le piéton n’a aucune part de responsabilité à ce qui lui arrive. Sont mis en cause la vitesse, les refus de priorité et le manque de visibilité. Saviez-vous par exemple que, même en dehors des passages cloutés, les piétons sont toujours prioritaires ? Pour faciliter les trajets à pied et les rendre plus sûrs, la Métropole aménage des aires piétonnes, des zones 30, et dégage la visibilité à l’approche des passages piétons : en remplaçant des places de stationnement voitures par des arceaux vélo, par exemple.

 

Le bon réflexe

 

C’est dans le code de la route : les plus fragiles sont toujours prioritaires. Que vous soyez en voiture ou à vélo, limitez votre vitesse, ralentissez quand vous voyez d’autres usagers, et arrêtez-vous pour laisser passer les piétons.

En tant que piéton, n’hésitez pas à faire signe aux conducteurs ou aux cyclistes, croisez leur regard pour être certain qu’ils vous aient vus.

  • Conducteurs, cyclistes, piétons : la rue ça se partage !

    Quoi qu'il arrive, les piétons sont prioritaires dans la rue, car ce sont les usagers les plus fragiles

    © Thierry Fournier // Métropole de Lyon

Sur les mauvais comportements des cyclistes

Pourquoi dit-on toujours que les cyclistes font n’importe quoi et ne respectent rien ? 

 

La ville change pour faire de la place aux cyclistes et faciliter leurs déplacements. Par exemple, la Métropole a équipé certains feux tricolores de petits panneaux triangulaires : ce sont des cédez-le-passage cyclistes. Ils autorisent les vélos à passer au rouge, à condition que la voie soit libre. Et une voie libre, ça ne veut pas seulement dire sans voiture : il faut laisser passer les piétons. Et, bien sûr, le code de la route s’applique à tout le monde : respect impératif des stops, des priorités… et de la courtoisie. Nous avons tout à y gagner !

 

Le bon réflexe

 

À vélo, au même titre que vous faites attention aux voitures pour éviter les accidents, faites attention aux piétons pour les protéger : ils sont prioritaires aux passages piétons par exemple. Que ce soit à vélo ou même à trottinette, vous devez aussi respecter la signalisation. Et, quelle que soit la situation, restez zen et courtois : faire monter la tension n’est pas une solution.

  • Conducteurs, cyclistes, piétons : la rue ça se partage !

    Les panneaux M12 autorisent les cyclistes à passer une intersection sans s'arrêter au feu, à condition de respecter les piétons prioritaires et les véhicules qui s'engagent avec le feu vert

    © Thierry Fournier // Métropole de Lyon

 

 

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

Annuler la réponse

Conformément à la Loi ≪ Informatique et Libertés ≫ modifiée, la collecte et le traitement de vos données à caractère personnel sont nécessaires pour répondre à votre sollicitation. La base légale du traitement est votre consentement que vous donnez en cochant la case "En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies dans ce formulaire soient enregistrées par le site MET' pour permettre de me recontacter.". Les données traitées sont : nom, adresse e-mail. Les destinataires de ces données personnelles, sont, dans le strict cadre des finalités énoncées ci-dessus, les services concernés de la Métropole et les prestataires externes auxquels elle fait appel. Ces données seront conservées durant 2 ans. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles. Lorsqu'un consentement est nécessaire au traitement, vous disposez du droit de le retirer. Sous certaines conditions réglementaires, vous disposez du droit de demander la limitation du traitement ou de vous y opposer. Vous pouvez exercer ces différents droits en contactant directement le Délégué à la Protection des Données par courrier en écrivant à l’adresse : Métropole de Lyon – Délégué à la Protection des Données - Direction des Affaires Juridiques et de la Commande Publique - 20, rue du Lac - BP 33569 - 69505 Lyon Cedex 03 ou par le biais du formulaire à l'adresse suivante : https://demarches.toodego.com/sve/proteger-mes-donnees-personnelles/. Les réclamations touchant à la collecte ou au traitement de vos données à caractère personnel pourront être adressées au service du Délégué à la Protection des Données (DPD), dont les coordonnées ont été précisées ci-dessus. En cas de désaccord persistant concernant vos données, vous avez le droit de saisir la CNIL [autorité de contrôle concernée] à l’adresse suivante : Commission Nationale Informatique et Libertés, 3 place de Fontenoy 75007 Paris, 01 53 73 22 22, https://www.cnil.fr/fr/vous-souhaitez-contacter-la-cnil

  1. Gibert 15 janvier 2022

    cette propagande est totalement mensongère , quand on voit les embouteillages provoqué par les ecolo , c'est une honte et un déni de démocratie et une mort lente de l'économie Lyonnaise
    Répondre

    Martin 14 janvier 2022

    Pour les transports en commun c'est très bien, mais selon ou on habite il faut se taper une plus d'une heure de trajet pour aller à Lyon et en plus debout, selon l'âge c'est pas facile, et encore plus comme vous le dites de venir travailler ou se promener en vélo, et puis pour les petits budgets vos abonnements et tickets sont très chers, car c'est pas tous qu'on peut avoir des tarifs réduits,pour les automobiles c'est devenu invivable, moi, pour moi habitant en banlieue, en plus en 2026 devenant hors la loi car j'ai une voiture diesel, je ne viendrais plus à Lyon
    Répondre

    BRENIAUX CHRISTIANE 14 janvier 2022

    Une catégorie extrêmement vulnérable a été oubliée, ce sont les PMR. Beaucoup de trottoirs sont trop étroits, encombrés par des poteaux trop hauts... Les pistes cyclables conçues exclusivement pour le confort des cyclistes aggravent encore le danger pour les fauteuils roulants. Aucun aménagement n'est prévu pour traverser. Voir Quai Paul Sedaillan.
    .
    Répondre