actu

Du bio et du local dans nos assiettes : 3 mesures-phares pour l’agriculture

Grands projets

Publié le 30 août 2021 par Cécile Prenveille

Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, a présenté ce matin la politique agricole et alimentaire, en direct de l'exploitation familiale Maréchal à Rillieux-la-Pape. Un budget de près de dix millions d'euros pour favoriser les circuits courts et développer une agriculture biologique et de proximité.

La Métropole de Lyon a voté au conseil métropolitain du 21 juin sa nouvelle stratégie agricole et alimentaire. Le budget a été multiplié par 4 par rapport au mandat précédent. Décryptage des 3 mesures-phares.

1. Stopper l’urbanisation des terres

Entre 2007 et 2017, 900 hectares de terres agricoles ont été utilisés pour construire des bâtiments, aménager des routes, créer des parkings… La Métropole veut inverser la tendance : elle va repasser 60 hectares de terrains constructibles en zones agricoles.

2. Étendre la protection des espaces naturels et agricoles

9 836 hectares sont protégés. Avec ce dispositif, les terres qui sont agricoles aujourd’hui le resteront dans le futur. Elles ne pourront pas devenir des écoles, des habitations, des routes. La Métropole va aussi racheter des terrains agricoles pour éviter qu’ils ne disparaissent.

3. Augmenter le nombre d’exploitants agricoles

Ils étaient 340 exploitants agricoles dans la Métropole de Lyon en 2010. Leur nombre a continué à baisser depuis et on l’estime à moins de 300 aujourd’hui. Pour faciliter l’installation de nouveaux exploitants et exploitantes et garantir la transmission, la Métropole va mettre à disposition des terrains qui lui appartiennent. Des espaces tests vont aussi être créés : les candidats s’essayeront au métier sur des surfaces avec des techniques innovantes, adaptées au changement climatique.

La Métropole soutient en parallèle certains projets agro-alimentaires de son territoire, notamment lorsqu’ils misent sur un approvisionnement en produits locaux. C’est le cas de Maréchal Fraîcheur qui vend en ligne des paniers de fruits et légumes frais et locaux. En 10 ans, la famille Maréchal, installée à Rillieux-la-Pape, a réussi à faire passer ses 90 hectares en bio ! Reste 10 hectares encore en conversion, certification bio attendue en 2022.

Un plan bio pour accompagner les agriculteurs à la conversion

Le bio ne représente aujourd’hui que 8 % des surfaces agricoles de la Métropole. Pour augmenter la part de surfaces bio sur son territoire, la Métropole élabore un plan bio. L’objectif : accompagner les agriculteurs et les agricultrices dans leur changement de pratiques.

La Métropole veut, par exemple :

Une régie agricole pour les cantines

Pour l’alimentation des collégiens, la Métropole voit grand : 100% de produits bio et 50% de produits locaux d’ici à 2026 pour que les enfants retrouvent les productions locales dans leur assiette. Pour atteindre ces objectifs, la Métropole va créer une régie agricole. Son rôle ? Produire du bio pour les cantines et faire le lien entre les agriculteurs de notre territoire et les cantines des collèges.

Garantir la justice alimentaire pour toutes et tous est une des priorités de notre mandat. La Métropole s’engage à
rendre accessible au plus grand nombre une alimentation saine, en circuit-court. Nos objectifs sont clairs et ambitieux, pour les atteindre nous avons quadruplé le budget dédié à notre politique agricole et alimentaire.

 

 

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

  1. Cécile M 4 septembre 2021

    Stopper l’urbanisation des terres agricole c'est très bien, il faudrait aussi arrêter de construire dans certains quartier comme Villette Paul Bert, le secteur Part -Dieu qui est déjà très dense et où il y a tous les jours des nouveaux projets, de nouveaux travaux. Les habitants du quartier n'en peuvent plus, et il y a tous les jours de nouvelles pétitions aussi...
    Répondre
    1. La rédaction 7 septembre 2021

      Bonjour, c’est justement l’un des axes de réorientation du projet Part-Dieu : un quartier moins minéral et plus respirable. Vous trouverez des infos complémentaires sur le site du projet Part-Dieu https://www.lyon-partdieu.com/.
      Merci et bonne journée
      Répondre
      1. Cécile M 8 septembre 2021

        L'esplanade Mandela c'est une très bonne chose par contre, on aura des arbres là où il y avait une friche inexploitée. Mais ce n'est pas tout à fait de ce quartier dont je parle, c'est la limite Lyon Villeurbanne.
        Répondre
      1. Cécile M 8 septembre 2021

        Ce site ne parle pas d'ajouter des espaces verts, mais de rajouter des travaux incessants dans ce quartier. Il ne mentionne pas la construction d'un hotel sur la place derrière la gare, ni la construction d'un nouvel immeuble rue Baraban à la place du Casino. Ces deux projets font monter du béton à la place de parkings et densifient encore le quartier. Les habitants ont vraiment l'impression que leur quartier est l'endroit où l'on bétonne...
        Répondre

    Watrin 30 août 2021

    Complètement en phase avec ces axes ! Pourquoi donc aller à l’encontre de cette politique, avec le projet de téléphérique au dessus des vignes et de la ceinture verte de Ste Foy ?
    Répondre