actu

Plan Nature : un budget doublé pour des actions très concrètes

Grands projets

Publié le 21 juin 2021 par Cécile Prenveille

Végétaliser les espaces publics, planter plus et mieux des arbres qui résisteront aux fortes chaleurs, protéger les espaces animales et végétales… Toutes les actions inscrites au plan nature répondent à un triple objectif : lutter contre le réchauffement climatique, préserver la biodiversité et améliorer le quotidien des habitants avec la nature près de chez soi.

Réintroduire la nature en ville, c’est atténuer les effets dévastateurs du changement climatique pour le bien-être de tous. Le conseil métropolitain, rassemblé ce lundi 21 juin, a doublé le budget du précédent mandat pour que chaque grand lyonnais dispose d’un espace de nature près de chez lui. Quel que soit son lieu d’habitation.

 

Les îlots de chaleur urbains se multiplient, rendant la vie insupportable en période de forte chaleur. Notre politique de végétalisation et de protection des espaces naturels permettra d’améliorer le quotidien des habitants.

 

Planter des forêts urbaines

Les arbres sont des alliés incontournables dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ils font de l’ombre, absorbent les gaz à effet de serre et font baisser les températures. Les équipes de la Métropole ont déjà planté deux forêts urbaines en 2021, en choisissant des espèces capables de résister au changement climatique : des cèdres, des merisiers et des érables par exemple. La première forêt urbaine pousse à Saint-Priest, à proximité de l’aéroport de Bron. La deuxième sort de terre à Sathonay-Camp, dans le quartier Castellane. Une troisième sera plantée à Caluire cet hiver, dans le quartier de Saint-Clair.

Protéger les insectes pollinisateurs sauvages

80% des plantes sauvages et 84% des plantes cultivées dans la Métropole de Lyon dépendent de la pollinisation par les insectes. Pourtant, l’urbanisation et l’agriculture intensive à l’œuvre depuis 30 ans ont chassé les pollinisateurs sauvages de nos villes. Ils ont presque disparu des quartiers très denses où ils ne trouvent plus de nourriture.
Pour permettre le retour des abeilles, bourdons et autres insectes sauvages, la Métropole sème des prairies fleuries en zone urbaine : 12 parcelles ont déjà été ensemencées. Des fleurs éclosent sur d’anciennes friches industrielles, sur des terrains délaissés. Les prairies fleuries peuvent aussi s’installer provisoirement sur une parcelle inexploitée et constituer un refuge temporaire pour les insectes avant le démarrage d’un chantier.

 

Selon les scientifiques, les insectes pourraient totalement disparaître d’ici la fin du siècle. Si nous voulons échapper à ce qui serait une catastrophe, nous devons agir vite.

En complément, la Métropole développe des aides financières pour végétaliser les toitures. Les prairies et les toits végétalisés constituent autant d’îlots fleuris – et de réserves de nourriture pour les insectes pollinisateurs.

Végétaliser nos rues et nos quartiers

La nature près de chez soi passe aussi par la végétalisation, plus diffuse, des rues, des trottoirs et des places publiques. Dans les centres urbains, très construits, où les températures affichent 3 degrés de plus qu’en périphérie, les espaces végétalisés devront être présents dans tous les projets d’aménagement urbain. En effet, les arbres, les arbustes, les plantes et les bosquets de différentes hauteurs jouent un rôle de climatiseurs naturels et permettent d’atténuer le phénomène d’îlot de chaleur.

La Métropole replante donc des arbres le long des rues, comme sur le quai Sarrail à Lyon 6 cet hiver. Dès que c’est possible, les revêtements perméables seront privilégiés pour laisser les eaux de pluie s’infiltrer. À l’inverse, certains terrains déjà construits vont être désimperméabilisés : le bitume qui empêche l’eau de s’infiltrer sera remplacé par des matériaux perméables.

Les équipes de la Métropole s’attèlent aussi à la végétalisation des cours de collège. Les fortes chaleurs estivales sont un rappel à l’ordre : il est primordial de protéger les élèves en leur offrant des espaces rafraichis et ombragés dans les cours.

Pour compléter le dispositif, la Métropole va aussi mettre en place des aides financières pour accompagner les copropriétés qui veulent ramener de la verdure dans leurs espaces communs : plantation des cours d’immeubles, végétalisation des toitures, des murs aveugles, etc.

 

Nous agissons pour un autre urbanisme, pour sanctuariser les terres agricoles, préserver les espaces naturels, modifier, améliorer les projets en cours et ceux à venir.

En attendant l’aménagement définitif de l’esplanade Nelson Mandela, une prairie fleurie pousse en plein cœur du quartier Part-Dieu. Thierry Fournier // Métropole de Lyon

Créer des corridors écologiques

La continuité des espaces naturels permet aux espèces animales et végétales de circuler librement, de s’alimenter et de se reproduire. L’urbanisation intensive des dernières décennies a mis à mal cette continuité écologique dans la Métropole de Lyon : les routes, les places essentiellement minérales, les sols imperméabilisés, l’absence de verdure dans les projets de construction, mais aussi la pollution lumineuse sont autant de menaces pour la préservation de la biodiversité.
La restauration de ces « corridors écologiques » est aujourd’hui une priorité pour la Métropole. La Métropole a donc décidé de ne pas urbaniser certains terrains constructibles et de renforcer la protection des espaces naturels et agricoles. Elle va aussi supprimer les obstacles et créer des passages à faune, comme les tubes à chauves-souris au-dessus des autoroutes par exemple ou les tunnels à batraciens.

La nature, qui sera systématiquement présente dans les futurs projets de construction, est un maillon essentiel de cette continuité écologique.

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

  1. BOUSQUET Marie Agnès 26 juin 2021

    Beaucoup de verdure c'est bien mais quand mettrez-vous au programme les questions de propreté (éducation des jeunes et moins jeunes), de civilités... Il y a beaucoup de travail pour une cohabitation apaisée. Par ailleurs que faites-vous pour les communes de la Métropole éloignées de
    la ville de Lyon : vous n'en parlez jamais (peut-être parce qu'elles n'ont pas votre couleur politique ou autres motifs ?)
    Répondre

    MATHURIN 23 juin 2021

    Bonjour.
    2 pannes en 1 semaine (ligne B - 22/06 à 7h & ligne D-23/06 à 18h20).
    C'est alarmant.
    Plutôt que d'allouer de gros budget au pistes cyclables / pietonisation, il serait préférable de réaliser un plan Marchal pour les TCL ! ( rénovation totale / parking relais de tres grande taille)
    Quit à endetter la MDL pour les 2 décennies à venir.
    Je souhaiterais connaître les budgets liés aux transports (tous transports confondus) et leur programmation, est ce possible svp ?
    Bonne réception.
    Jako
    Répondre
    1. La rédaction 24 juin 2021

      Bonjour,
      En ce qui concerne les investissements de la Métropole en direction des déplacement, il y a une enveloppe de 579 millions d'euros. Elle va financer des grands investissements comme le réseau express vélo, un plan piéton mais aussi l'entretien des ponts, tunnels et axes de circulation. Nous vous renvoyons vers cette page pour plus d'informations : https://www.grandlyon.com/actions/2021-2026-relance-ecologique-et-solidaire.html
      La Métropole participe aussi au financement du Sytral qui a un plan d'investissement spécifique avec de nouvelles lignes de tramway et de bus, des investissements dans le métro etc. Vous pouvons consulter ce document ici : http://www.sytral.fr/610-plan-de-mandat-2021-2026.htm%20_blank

      Bonne journée
      Répondre