dossier

Publié le 29 juillet 2022

Préserver la nature, c’est aussi améliorer nos cadres de vie

Sécheresses, canicules, fortes chaleurs, pour faire face au dérèglement climatique, la Métropole de Lyon met en place plusieurs actions : végétalisation, villes perméables, prairies fleuries... Le but ? Protéger la biodiversité et améliorer nos cadres de vie.

5 bonnes raisons de végétaliser la ville

Publié le 28 juillet 2022 par Marie-Hélène Towhill

Ma ville au quotidien | Actu

La Métropole de Lyon végétalise la ville ! Préserver la biodiversité, améliorer le confort de vie... Voici 5 bonnes raisons de passer au vert en milieu urbain.

 

1) La fraîcheur

Lyon fait partie des villes d’Europe de plus de 500 000 habitants les plus impactées par le changement climatique. En cause notamment, les « îlots de chaleur », ces secteurs qui emmagasinent la chaleur le jour et la rejettent la nuit. Dans ces endroits, les arbres sont les super-héros de la fraîcheur. Leur ombre protège du soleil et leur « transpiration » en fait des climatiseurs naturels.

  •  La végétation permet de gagner 1,5°C sur la température de l’air. Les rives du Rhône sont de 3 à 5 °C plus fraîches que le centre urbain.
  • 5 bonnes raisons de végétaliser la ville

    Parc Georges Maniller, au centre-ville de Pierre-Bénite.

    © Laurence Danière // Métropole de lyon

2) Le cadre de vie

Avoir accès à la nature là où l’on habite est devenu une attente très forte. 8 Français sur 10 considèrent qu’il n’y a pas assez de végétation dans les centres-villes. La Métropole en est persuadée aussi : une ville où il fait bon vivre est une ville où la nature est proche.

  • Dans la Métropole, l’accès à la nature est encore inégal : un habitant du centre de Lyon ou de Villeurbanne a accès à moins de 20 m² de nature en moyenne, contre 1500 m² pour un habitant des Monts d’or.
  • 5 bonnes raisons de végétaliser la ville

    Des magnolias place de la Bourse, à Lyon 2e.

    © Thierry Fournier - Métropole de lyon

3) Le bien-être

Les études scientifiques le prouvent : la nature est bonne pour notre santé. Sa présence améliore la qualité de l’air, diminue le stress, et favorise les relations sociales et l’activité physique. Le simple fait de voir un arbre, d’entendre une rivière ou un oiseau a un effet positif.

  • 96 % des Lyonnais considèrent que la présence d’espaces verts et d’éléments liés à l’eau participent au bien-être des citadins.
  • 5 bonnes raisons de végétaliser la ville

    Le parc de la visitation, à Lyon 5e.

    © Laurence Danière - Métropole de lyon

4) La biodiversité

On le sait maintenant, la biodiversité – c’est-à-dire l’immense variété du vivant, des animaux aux plantes en passant par les champignons et les micro-organismes – est en train de s’effondrer. Or, lorsqu’une espèce disparaît, c’est une réaction en chaîne qui se déclenche et tout se détraque. Les zones de nature bien pensées en ville sont de vrais réservoirs de biodiversité qui contribuent à rétablir l’équilibre.

  • Abeilles, coccinelles, bourdons : en 25 ans, 75 % des insectes pollinisateurs ont disparu d’Europe 
  • 5 bonnes raisons de végétaliser la ville

    Un héron au parc de Biézin, à Chassieu.

    © Thierry Fournier - Métropole de lyon

5) L’eau

Le bitume qui recouvre les sols des villes ne permet plus à l’eau de pluie d’irriguer la végétation, de nourrir les nappes souterraines et de rafraîchir l’atmosphère. Les arbres et bandes plantées permettent au contraire à la pluie de s’infiltrer et renforcent l’effet rafraîchissant de la nature sur nos villes en surchauffe.

  • Le feuillage et les tiges des arbres captent directement 25 % des eaux de pluie

Découvrez les arbres de pluie qui facilitent l’infiltration de l’eau de pluie dans les sols

 

  • 5 bonnes raisons de végétaliser la ville

    rentrée, collège, éducation, Simone Veil

    © Thierry Fournier//Métropole de Lyon

Nature en ville : comment la Métropole agit

Publié le 28 juillet 2022 par Marie-Hélène Towhill

Grands projets | Actu

Ville perméable, forêts urbaines, prairies fleuries... Focus sur les actions mises en place par la Métropole de Lyon dans le cadre de son Plan Nature

Chaque action inscrite au Plan Nature répond au triple objectif de lutter contre le réchauffement climatique, de préserver la biodiversité et d’améliorer la vie quotidienne des habitants. Pour que cela marche, il faut planter plus et mieux, et bien choisir les espèces et les formes de végétation, afin qu’elles soient adaptées à la ville et favorables à la vie.

Des boisements urbains pour la fraîcheur

Saviez-vous qu’en plus de rafraîchir, les arbres avaient un deuxième pouvoir ? Ils absorbent et stockent le dioxyde de carbone, aussi appelé CO2, un gaz à effet de serre qui amplifie le changement climatique. C’est pourquoi la Métropole multiplie les boisements urbains. Le premier a été planté en 2021, à Saint-Priest : 2 000 arbres et 600 arbustes sur 2 hectares. Les arbres sont encore petits, mais d’ici 3 ou 4 ans, leurs branches se toucheront pour former une ombre protectrice. Avec celles de Sathonay-Camp, de Caluire, de Feyzin, de Corbas et de Vénissieux, 6 zones boisées ont déjà été créées. Deux autres sont en projet à Saint-Fons et Villeurbanne.

Au-delà de leur action rafraîchissante, les arbres stockent le CO2 dans leur bois et dans le sol où plongent leurs racines. Ce sont les premiers alliés de la lutte contre le changement climatique.

Pierre Athanaze,
Vice-président en charge de l’environnement

Des prairies pour les pollinisateurs

Depuis 30 ans, l’urbanisation et l’agriculture intensive ont chassé les abeilles, bourdons, coccinelles et autres insectes butineurs de nos villes. Or, ils sont essentiels : 8 plantes sauvages locales sur 10 dépendent des pollinisateurs pour se reproduire. Alors, pour faciliter leur retour, la Métropole sème des prairies fleuries. 13 ont déjà vu le jour sur d’anciennes friches industrielles ou des terrains délaissés.

  • Nature en ville : comment la Métropole agit

    Les insectes pollinisateurs sont essentiels à la biodiversité

    © Métropole de Lyon

Les espaces publics passent au vert

La nature près de chez soi passe aussi par la végétalisation, plus diffuse, des rues, des trottoirs et des places. 4 300 arbres ont été plantés cet hiver : si on les regroupait, ils couvriraient presque 9 terrains de foot. Ainsi, plus de 45 arbres ont été plantés sur une partie du cours Charlemagne et autour de la darse de la Confluence, l’un des pires îlots de chaleur de Lyon. Résultat ? Habitants, passants et promeneurs se réapproprient doucement ce coin de métropole à la faveur des beaux jours. Autre exemple, place Ambroise Courtois dans le 8e, une trentaine d’érables ont été plantés cet hiver et au printemps.

Végétaliser les rues, c’est aussi l’occasion de faciliter le chemin de l’eau dans la terre. Les premiers « arbres de pluie » prennent ainsi racine rue Vauban dans le 6e arrondissement de Lyon. Derrière ce nom poétique, l’idée est d’agrandir l’espace au pied des arbres et d’y ajouter des plantations. Le résultat est à la fois joli et efficace : ces espaces captent jusqu’à 9 m³ d’eau lors de fortes pluies.

La végétalisation des cours de collèges est également une priorité : au total, 112 arbres y ont été plantés ou replantés. Enfin, du côté des projets urbains, plus de 7 000 arbres sont venus renforcer la nature au cœur des nouveaux quartiers qui sortent de terre à Saint-Genis-Laval, Marcy-l’Étoile, Vaulx-en-Velin, Villeurbanne, Caluire-et-Cuire, Lyon ou encore Chassieu.

  • Nature en ville : comment la Métropole agit

    Plus de 100 000 arbres d’alignement en bordure de routes, le long des rues et des trottoirs, autour des places, sont gérés par la Métropole, comme ici à la Confluence.

    © Anaïs Mercey - Métropole de lyon

 

Les résidences privées entrent en jeu

Agir seulement sur l’espace public ne suffira pas. En effet, 70 % du potentiel de plantation se trouve sur le domaine privé, notamment les résidences d’habitat collectif. Alors la Métropole encourage les copropriétaires et les bailleurs sociaux à se lancer en finançant une partie de leurs projets de plantations. Cette aide peut couvrir jusqu’à 65 % du coût. 35 projets visent déjà à redonner de la place à la nature dans les résidences.

Le verdissement va continuer à s’intensifier. Objectif ? Planter 300 000 arbres d’ici 2026, tous espaces confondus. Et ainsi redessiner des corridors écologiques nécessaires à la survie des espèces.

 

  • Nature en ville : comment la Métropole agit

    Vue sur la métropole et le Rhône depuis les jardins ouvriers de Caluire

    © Laurence Danière // Métropole de Lyon

Vers une ville perméable

À l’inverse de la ville imperméable, couverte de bitume, qui repousse l’eau de pluie vers les égouts, la ville perméable permet à l’eau de pluie de s’infiltrer dans le sol pour alimenter les végétaux et les nappes souterraines.

Les arbres de pluie : les espaces aux pieds des arbres sont agrandis, avec des plantations en pleine terre.

  • Noue : le long des routes ou des pistes cyclables, les noues, sorte de fossés peu profonds et larges, recueillent l’eau de pluie qui ruisselle sur la route.
  • Boisement urbain : avec leurs feuilles et leurs racines, les arbres captent et emmagasinent de l’eau qu’ils relâchent ensuite. C’est l’évapotranspiration, qui a pour effet de rafraîchir l’atmosphère.
  • Jardin de pluie (soit en petit au pied de sa gouttière chez soi, soit dans un espace public) : légèrement creux ou en pente, ils permettent de retenir l’eau.
  • Sols poreux (souvent sur des parkings de stationnement ou des parkings vélo) : dans les nouveaux aménagements, on utilise pour le sol des matières qui laissent l’eau s’infiltrer, ou des pavés avec de légers écarts entre eux.

Avec la ville perméable, l’eau de pluie ne part plus dans les égouts avec les eaux usées. Au contraire, c’est une ressource que l’on garde précieusement. 

 

Une végétation variée permet d’offrir de nouveau de la nourriture et un habitat aux insectes pollinisateurs. Si nous ne faisons rien, ils pourraient disparaître d’ici la fin du siècle. Sans eux, la nature deviendra peu à peu stérile.

Pierre Athanaze
Vice-président en charge de l’environnement

 

 

 

 

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

Conformément à la Loi ≪ Informatique et Libertés ≫ modifiée, la collecte et le traitement de vos données à caractère personnel sont nécessaires pour répondre à votre sollicitation. La base légale du traitement est votre consentement que vous donnez en cochant la case "En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies dans ce formulaire soient enregistrées par le site MET' pour permettre de me recontacter.". Les données traitées sont : nom, adresse e-mail. Les destinataires de ces données personnelles, sont, dans le strict cadre des finalités énoncées ci-dessus, les services concernés de la Métropole et les prestataires externes auxquels elle fait appel. Ces données seront conservées durant 2 ans. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles. Lorsqu'un consentement est nécessaire au traitement, vous disposez du droit de le retirer. Sous certaines conditions réglementaires, vous disposez du droit de demander la limitation du traitement ou de vous y opposer. Vous pouvez exercer ces différents droits en contactant directement le Délégué à la Protection des Données par courrier en écrivant à l’adresse : Métropole de Lyon – Délégué à la Protection des Données - Direction des Affaires Juridiques et de la Commande Publique - 20, rue du Lac - BP 33569 - 69505 Lyon Cedex 03 ou par le biais du formulaire à l'adresse suivante : https://demarches.toodego.com/sve/proteger-mes-donnees-personnelles/. Les réclamations touchant à la collecte ou au traitement de vos données à caractère personnel pourront être adressées au service du Délégué à la Protection des Données (DPD), dont les coordonnées ont été précisées ci-dessus. En cas de désaccord persistant concernant vos données, vous avez le droit de saisir la CNIL [autorité de contrôle concernée] à l’adresse suivante : Commission Nationale Informatique et Libertés, 3 place de Fontenoy 75007 Paris, 01 53 73 22 22, https://www.cnil.fr/fr/vous-souhaitez-contacter-la-cnil

  1. Magdalena 3 août 2022

    Bonjour,
    Est il prévu de végétaliser certains immeubles afin de contrer au maximum l'inconfort difficilement supportable des canicules?
    Merci
    Répondre

    Patrick Perrot 31 juillet 2022

    Bonjour, pourquoi ne pas envisager de complètement végétaliser les places Bellecour et Terreaux qui sont aujourd'hui de véritables ilots de chaleur que vous décrivez dans votre lettre ?
    Répondre
    1. La rédaction 1 août 2022

      Bonjour,
      Malheureusement la place des Terreaux ne peut pas accueillir d’espaces verts pour deux raisons : elle est soumise aux droits de son auteur Buren, et son parking sous-terrain ne permet pas de creuser suffisamment pour la plantation d’arbres.
      Bonne journée
      Répondre

    Buisson 31 juillet 2022

    Bravo
    Répondre

    TARAVEL 30 juillet 2022

    Bonjour,
    J'ai eu l'opportunité il y a quelques années de travailler sur un projet de fin d'études concernant les systèmes alternatifs d'assainissement du type structure réservoirs,... Je travaille sur d'autres sujets aujourd'hui. Pouvez-vous me dire quelles sont les actions de la métropole de Lyon en ce qui concerne l'utilisation de ces techniques. Quelle vision stratégique et quels exemples d'aménagements sur ces techniques ?
    Vous remerciant par avance.
    Bien cordialement
    Yann TARAVEL
    Répondre