actu

Chauffage bio : la Métropole mise sur les eaux usées

Ma ville au quotidien

Publié le 20 février 2019 par la rédaction du MET'

À la station d’épuration de la Feyssine, à Villeurbanne, les boues des eaux usées sont récupérées et transformées en biométhane. Ce gaz 100% écolo est directement injecté dans le réseau Grdf pour chauffer les logements de la Métropole.

En 2030, la Métropole a pour objectif de couvrir 17% de ses consommations grâce aux énergies renouvelables. Pour y parvenir, elle investit notamment sur la production de biométhane. Ainsi, à la station d’épuration de la Feyssine, grâce à la transformation des boues, le biométhane produit permet à 500 logements de se chauffer au gaz toute l’année. Une prouesse dont seulement 10 stations d’épuration sont équipées en France.

Transformer les eaux usées en biométhane : comment ça marche ?

Extraites des eaux usées, les boues (excréments, bactéries, sable, terre..) sont acheminées vers une grande cuve de 4000 m3, appelée Digesteur. C’est là qu’elles sont transformées en biométhane. Comment ? Par une digestion à une température constante de 37°, durant 20 jours. Ensuite, un filtre à charbon enlève les impuretés, puis le gaz est séché et le C02 évacué. Pur à 99 %, ce biométhane est alors injecté dans le réseau de GRDF.

D’autres stations d’épuration équipées en 2026

La Métropole de Lyon compte 12 stations d’épuration. Pour l’instant, seule la station de la Feyssine est équipée pour transformer les boues en biométhane. Mais la Métropole a déjà en projet de dupliquer le système sur deux autres ouvrages : en 2026, les stations de Saint-Fons et Pierre-Bénite devraient ainsi être équipées pour transformer les boues de 100 000 habitants en biométhane. Un total de 127 GWh de biométhane serait alors produit chaque année !

 

La production de gaz vert, la brique d’un ensemble écologique

Sur la Métropole, les réalisations vertes ne manquent pas :

La station d’épuration Feyssine, c’est

  • 91 000 m3 d’eaux usées traités chaque jour. Soit 35 piscines olympiques
  • 6,2 GWh de biométhane produits chaque année
  • 520 logements chauffés au gaz toute l’année
  • 2,4 millions d’euros d’investissement Métropole
  • 1,3 millions d’euros de subventions (Agence de l’eau, Ademe)
  • 2,6 millions d’euros de recettes attendues grâce au rachat du biométhane par Grdf
Agrandir l'image
Les boues des eaux usées de la station d'épuration de la Feyssine sont transformées en biométhane
Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

 
  1. Mercure 17 mars 2019

    Gaz 100% écolo…

    La molécule de méthane a un effet 25 fois supérieur à la molécule de CO2. Pour le même nombre d’atomes de carbone.

    4% de fuite de méthane induit un effet nul sur l’effet de serre. Plus de 4% et la méthanisation a un effet NÉGATIF.
    Une « bonne » installation laisse échapper 15% des gaz produits….

    La méthanisation (produire du méthane alors que le cycle du carbone produirait naturellement du CO2) est catastrophique pour l’effet de serre.
    Présenter le méthane comme un gaz 100% écolo est une grave erreur.

    Répondre

    Daniel Chateigner 21 février 2019

    Bonjour,
    Quelles seront les réductions sur les factures de gaz des riverains, puisqu’ils cotisent ?
    sincèrement

    Répondre