actualité

Hébergement d’urgence : un deuxième site pour les mères isolées

Ma ville au quotidien

Publié le 7 décembre 2021 par Marie-Hélène Towhill

Depuis plusieurs mois, la Métropole de Lyon teste de nouvelles façons de mettre à l’abri les plus vulnérables. Après Villeurbanne, un deuxième site d’habitat temporaire réservé aux mères isolées et à leurs enfants affiche complet à Lyon.

Après La Base, voici Les Amazones. C’est ainsi que Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri a baptisé le site d’habitat temporaire installé dans le 9e arrondissement de Lyon. 12 mamans isolées et leurs enfants de moins de 3 ans y ont emménagé en juin. Huit nouvelles familles sont arrivées cet automne.

Toutes se sont installées dans des tiny houses, ces micro-maisons déplaçables de 16 m2, financées et installées par la Métropole de Lyon. Mettre à l’abri les femmes isolées et leurs jeunes enfants de moins de 3 ans est en effet une compétence de la Métropole. Maintenant que le site est au complet, la vie quotidienne s’organise et la reconstruction peut commencer.

Une nouvelle façon d’accueillir en urgence

Contrairement à l’hébergement à l’hôtel qui entraîne de l’isolement, cette approche propose un cadre adapté à la vie de famille. Aux Amazones, les jeunes femmes sont entourées par toute une équipe du Foyer Notre-Dame des Sans-Abri. Sa mission : animer le site, soutenir les mamans dans leur rôle de parent, mais aussi les aider à accéder aux droits médico-sociaux, puis à trouver un travail et logement quand c’est possible.

 

« Toutes ces femmes sont dans des situations de grande précarité. Elles sont très fatiguées en arrivant. La priorité, c’est de leur permettre de retrouver leur intimité, leur dignité et l’autonomie nécessaire pour rebondir. »

 

Sarah Causse
Responsable du site Les Amazones pour Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri

 

Avec la Métropole, l’association consulte les résidentes sur l’aménagement du site, pour répondre à leurs vrais besoins et permettre de créer du lien. Le site comprend ainsi deux espaces collectifs, dont une cuisine commune.

L’occupation temporaire est prévue jusqu’à fin 2022. Un autre site transitoire pourra ensuite être mobilisé par la Métropole de Lyon pour y déplacer les tiny house des Amazones.

 

Nous voyons les résidentes reprendre confiance, s’ouvrir, s’entraider. Ici elles ont le sentiment d’appartenir à une communauté. D’exister.

Sarah Causse,
Responsable du site Les Amazones pour Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri

 

 

L’éclairage de Nadège Leroux

Architecte chez Atelier Plansphère à Lyon, autrice de « Qu’est-ce qu’habiter ? »

L’acte d’habiter fait partie intégrante de la vie des êtres humains : le logement permet d’abord de se protéger et de survivre. Il permet ensuite de construire et de vivre son intimité. Avoir un logement permet d’exister et de prendre place dans la société, d’accéder aux usages communs du quotidien : manger et se faire la cuisine, recevoir, se divertir et se détendre, travailler, dormir en se sentant en sécurité, prendre soin de soi. Proposer un lieu personnel et individuel aux personnes privées de domicile, c’est leur redonner une existence. Avoir son « chez-soi » rend possible la reconstruction du lien social et la reconstruction de soi.

 

 

L’urbanisme transitoire au service du logement, le test de la Métropole
Vous avez peut-être déjà entendu parler d’urbanisme transitoire. Il en a été beaucoup question lors du premier déconfinement, lorsque des aménagements temporaires ont  donné plus de place au vélo ou aux piétons. Ou dans le cadre des grands projets de la Métropole, lorsque les zones d’aménagements urbains accueillent des activités associatives, agricoles, économiques. Cette logique s’applique également pour imaginer des solutions au problème du logement et la Métropole de Lyon s’est emparée de cet outil. Partout sur son territoire, elle s’organise donc avec des associations pour installer de l’habitat temporaire dans ses bâtiments et terrains vides en attente de projet. Elle peut ainsi répondre vite et mieux à des besoins urgents.
  • 20 000 personnes n’ont pas de domicile personnel dans la Métropole

 

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

Conformément à la Loi ≪ Informatique et Libertés ≫ modifiée, la collecte et le traitement de vos données à caractère personnel sont nécessaires pour répondre à votre sollicitation. La base légale du traitement est votre consentement que vous donnez en cochant la case "En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies dans ce formulaire soient enregistrées par le site MET' pour permettre de me recontacter.". Les données traitées sont : nom, adresse e-mail. Les destinataires de ces données personnelles, sont, dans le strict cadre des finalités énoncées ci-dessus, les services concernés de la Métropole et les prestataires externes auxquels elle fait appel. Ces données seront conservées durant 2 ans. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles. Lorsqu'un consentement est nécessaire au traitement, vous disposez du droit de le retirer. Sous certaines conditions réglementaires, vous disposez du droit de demander la limitation du traitement ou de vous y opposer. Vous pouvez exercer ces différents droits en contactant directement le Délégué à la Protection des Données par courrier en écrivant à l’adresse : Métropole de Lyon – Délégué à la Protection des Données - Direction des Affaires Juridiques et de la Commande Publique - 20, rue du Lac - BP 33569 - 69505 Lyon Cedex 03 ou par le biais du formulaire à l'adresse suivante : https://demarches.toodego.com/sve/proteger-mes-donnees-personnelles/. Les réclamations touchant à la collecte ou au traitement de vos données à caractère personnel pourront être adressées au service du Délégué à la Protection des Données (DPD), dont les coordonnées ont été précisées ci-dessus. En cas de désaccord persistant concernant vos données, vous avez le droit de saisir la CNIL [autorité de contrôle concernée] à l’adresse suivante : Commission Nationale Informatique et Libertés, 3 place de Fontenoy 75007 Paris, 01 53 73 22 22, https://www.cnil.fr/fr/vous-souhaitez-contacter-la-cnil