actu

Le conseil du 27 juillet en 5 temps forts

Ma ville au quotidien

Mis à jour le 27 juillet 2020 par Cécile Prenveille

Le conseil de la Métropole s'est tenu ce lundi 27 juillet. Plus de 130 projets de délibération ont été débattus par vos élu·es. Focus sur 5 mesures d'urgence adoptées.

Pour la première fois depuis l’élection du président Bruno Bernard le 2 juillet, le conseil de la Métropole s’est réuni ce lundi 27 juillet. Crise sanitaire oblige, la séance s’est tenue en présence de 85 élu·es, avec une représentation proportionnelle de chaque groupe politique dans l’hémicycle. La matinée a été consacrée à la désignation des représentants et représentantes de la Métropole dans 117 organismes structurants du territoire (. L’après-midi, les débats ont notamment porté sur les attributions de la commission permanente, la rémunération des élu·es, la relance de l’activité économique et l’accompagnement des modes de déplacement plus propres. Focus sur 5 mesures d’urgence.

 

 

 

 

 

En juillet 2018, Magma Cultura a été retenu pour exploiter la Cité internationale de la gastronomie. Un contrat de délégation de service public avait été attribué pour une durée de 8 ans. La Cité de la gastronomie a été fermée dès le 16 mars pendant la crise sanitaire, moins de 5 mois après son ouverture, impactant durablement l’activité du gestionnaire. Magma Cultura a annoncé le 7 juillet dernier qu’il arrêtait définitivement l’exploitation. La raison de force majeure a été retenue. La Métropole va verser 1 580 000 euros à Magma Cultura. L’exécutif se concentre désormais sur un nouveau projet avec les partenaires et les mécènes et réfléchit à un nouveau modèle économique pour ce lieu exceptionnel.

 

Nous avons voté des mesures d’urgence pour aider les personnes les plus durement touchées par la crise. L’objectif : avoir à notre disposition des outils de travail efficaces pour améliorer le quotidien des habitant·es du Grand Lyon et trouver des solutions.

Bruno Bernard,
président de la Métropole de Lyon

 

 

 

 

Le conseil de la Métropole du 27 juillet en replay

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

Annuler la réponse.

 
  1. Stephen 2 août 2020

    Je lis dans Les Echos ceci à propos de l’attribution de cette « délégation de service public » à l’entreprise espagnole Magma Cultura en 2018, plutôt qu’à GL Events, qui, malgré son nom anglais est lyonnais. « GL Events a été largement distancé par Magma Cultura. Son offre a été jugée « moins ambitieuse », égrène Gérard Claisse, vice-président de la Métropole de Lyon en charge de la politique d’achat public. Selon lui, « elle comportait un certain nombre de risques reportés sur la métropole». Diantre! Le versement d’un million et demi d’euros à Magma C correspond à quoi, à quel risque? Ce serait bien de fournir une explication détaillée à la place de cette phrase lapidaire: « La Métropole va verser 1 580 000 euros à Magma Cultura. »

    Répondre

    Françoise 1 août 2020

    Bonjour, pourquoi la Métropole va-t- elle verser 1 580 000 euros à Magma Cultura suite à l’arrêt par ces derniers de l’exploitation de la Cité de la gastronomie pour cas de force majeure (covid-19) ? Ça me parait un montant énorme, très étonnant. Merci d’avance pour votre reponse !

    Répondre
    1. La rédaction 3 août 2020

      Bonjour, ce montant correspond à un accord trouvé entre les deux partis pour la rupture du contrat.

      Répondre

    pfennig 1 août 2020

    Bonjour,
    je suis surprise que le compte rendu des délibérations sur la rémunération des élus soit aussi peu lisible pour le commun des concitoyens.
    Une certaine presse fait état d’une augmentation de 10% ? est-ce confirmé ?

    Répondre
    1. La rédaction 3 août 2020

      Bonjour, oui la rémunération des 23 vice-président·es augmente. Cela correspond au fait qu’ils ne vont pas cumuler leur travail de vice-président avec un autre mandat. Le non-cumul devient ainsi la règle, et le cumul l’exception. Pour autant, le budget alloué aux indemnités des 150 élu·es ne change pas.

      Répondre

    PAUL Gabriel 1 août 2020

    Bonjour
    La métropole a nommé les 23 membres Comité syndicale du SYTRAL Délibération N° 2020-0014.
    —————————————————–
    Dans le du conseil de METROPOLE de 150 élus, EELV a 58 élus soit 39% du total.
    —————————————————-
    Au sein du SYTRAL 23 membres. « EELV » devrait avoir 9 représentants titulaires alors qu’il en a 12 soit 52% du total (une sur représentation de 13% soit +3).
    A l’inverse les groupes « Progressistes » et « Synergies » qui de devraient avoir 2 représentants chacun, en proportion du nombre d’élu à la METROPOLE n’en ont que 1 chacun (sous représentation de 8%, il leur manque 2 membres)
    Pour le groupe « Rassemblement de la droite » 4 représentants alors que il devrait y en avoir 5.
    Pour la représentation des suppléant il y a le même sur représentation de EELV
    ——————————————
    On peut en déduire que la représentation au sein du SYTRAL n’est pas le reflet des élections, c’est un déni de démocratie au profit de EELV.

    Répondre

    Pedrina 28 juillet 2020

    Ils vont payer avec nos impôts ca
    .commencé bien bravo aux verts pour leur nullité dans les arbitrages ça promet

    Répondre

    PAUL Gabriel 28 juillet 2020

    Bonjour
    Dans le du conseil de METROPOLE de 150 élus, EELV n’a que 58 élus soit 39% du total.
    Dans la commission permanente de 66 membres, EELV a 28 élus, soit 42% du total, (une sur représentation de 3% soit 2élus).
    A l’inverse l’opposition, dans le conseil de METROPOLE de 150 élus, a 66 élus ce qui représentent 44% des élus.
    Dans la commission permanente des 66 membres, l’opposition a 28 représentants soit 42%.(sous représentation de 2%, il lui manque 1élu)
    On peut en déduire que ce fonctionnement de la commission permanente n’est pas le reflet exact des élections, c’est un déni de démocratie au profit de EELV.

    Répondre