dossier

Publié le 4 mai 2023

La métropole en travaux : c’est quoi ce chantier ?!

10 000 chantiers de toute taille se déroulent rien qu’en 2023 dans la Métropole ! Difficile de l’imaginer tant le chiffre paraît énorme. Ça veut dire quoi concrètement ? Que partout dans les 59 communes du territoire, il y a des travaux. Bien sûr, ce n’est pas à chaque fois un bouleversement total comme autour de la gare Part-Dieu. Parfois, il s’agit juste de raccorder un nouvel immeuble au réseau de chauffage urbain. Mais clairement, ces chantiers par milliers chamboulent le quotidien, à commencer par les déplacements. Alors on a décidé de faire le point sur les raisons de cette concentration de travaux ; sur les mois de préparation que cela demande aux agents de la Métropole de Lyon qui tentent en permanence de prévoir l’imprévisible… Et sur le résultat, qui rend la ville et la vie plus belles.

Travaux : la métropole change… et ça se voit !

Publié le 2 mai 2023 par Marie-Hélène Towhill

En coulisses | Actu

Aménagements des Voies Lyonnaises, projet urbain des Gratte-Ciel à Villeurbanne, métamorphoses annoncées pour la Presqu’île et la rive droite du Rhône à Lyon, lancement des travaux pour prolonger le tram T6 et créer les très attendus T9 et T10 et la première ligne de bus à haut niveau de service… Ceci n’est qu’un petit aperçu des chantiers qui se poursuivent ou vont démarrer dans la Métropole de Lyon en 2023.

Mais pourquoi autant de travaux en même temps ?

Pour 3 raisons majeures

  • L’urgence écologique. Face au climat qui s’emballe, il n’est plus possible d’attendre ! Les projets structurants pour adapter la ville et les mobilités doivent démarrer au plus vite. C’est pourquoi sur chaque aménagement, la Métropole plante des arbres, installe des revêtements de sol perméables et dès que c’est possible de la pleine terre, pour absorber la pluie, rafraîchir la ville, préserver l’eau. C’est aussi pour ça que, partout, elle développe les transports en commun et le réseau cyclable.
  • L’entretien. Sur notre territoire grand comme un département, les travaux, c’est tout le temps. Réparation ou extension de réseaux, maintenance des routes, des tunnels mais aussi constructions et rénovations de logements… ça ne s’arrête jamais et c’est tant mieux. Sinon, les services ne pourraient pas fonctionner et notre sécurité ne serait plus assurée.
  • La montée en puissance à mi-mandat. Après deux années de concertations, d’études et de retard lié au Covid, 2023 est l’année de la concrétisation pour beaucoup de projets.

C’est une course contre la montre, absolument nécessaire pour traiter les enjeux du climat, de la biodiversité et du bien-être »

Pierre Athanaze,
Vice-président de la Métropole à l’environnement, à la protection animale et à la prévention des risques

Patience, ces travaux, c’est pour du mieux !

C’est vrai, c’est galère. Mais souvenez-vous… La rue Garibaldi, hier autoroute urbaine et aujourd’hui si agréable. Le tunnel de la Croix-Rousse, fermé pendant des mois pour creuser le tube mode doux qui a changé la vie. Et les rives de Saône, devenues une invitation à la promenade sur des kilomètres, on en parle ? Adapter le territoire à nos besoins et à nos envies, le rendre agréable, respirable et plus résilient en nous permettant de marcher et pédaler à l’ombre… ça passe forcément par une phase de chantier.

En coulisses de la préparation des chantiers

Ce que vous ne mesurez peut-être pas en revanche, c’est qu’en coulisses, les agents de la Métropole se démènent pour que ce soit le “moins pire” possible. Que les poubelles soient ramassées, que les arbres ne soient pas abîmés, que les parents puissent déposer leurs enfants à l’école, que les commerces et restaurants continuent à recevoir leurs clients… Avant le premier coup de pelle, il y a des mois de préparation. La Métropole est à la manœuvre de grands projets d’aménagement, comme celui du Vallon à Saint-Genis Laval, mais beaucoup de chantiers sont pilotés par les communes, les concessionnaires de réseaux (électricité, gaz, chaleur, fibre optique) ou encore Sytral Mobilités pour les transports en commun. Alors la Métropole joue le chef d’orchestre pour limiter « l’impact cumulé », en décalant des travaux ou en imposant des contraintes comme ne fermer qu’une voie sur deux ou intervenir de nuit.

Labo de la voirie, des chantiers à la pointe

Le lab de la voirie réalise des tests, avant, pendant et après les chantiers pour les optimiser. Par exemple :

  • Avant : on cherche à savoir ce qui se cache sous les routes et à choisir les bons matériaux.
  • Pendant : on teste la résistance des bordures de trottoirs et de pistes cyclables.
  • Après : on contrôle si les revêtements drainants absorbent suffisamment l’eau ou si la peinture anti-chaleur l’est vraiment.

Organiser les travaux, un vrai casse-tête

Chaque trimestre, les agents de la Métropole identifient toutes les déviations et vérifient qu’elles ne seront pas elles-mêmes en chantier. Par exemple, les travaux du pont Lafayette – qui enjambe le Rhône depuis les Cordeliers à Lyon – attendront juin, le temps que ceux du pont Morand, un peu plus haut, se terminent. Dans le jargon, on parle de phasage. Là, vous commencez à toucher du doigt la complexité de changer le territoire au plus vite tout en dérangeant le moins possible. Pour être efficace, la Métropole saisit toutes les occasions : il faut entretenir un pont ou sécuriser une place ? On en profite pour y créer le tronçon de Voie Lyonnaise qui doit passer par là.

Les travaux, un déclic pour changer de mobilités ?

Et si ces travaux qui bouleversent les trajets en voiture étaient l’occasion de tester autre chose ? Les transports en commun, le train, le covoiturage, le vélo électrique pourquoi pas ? Pour faciliter le changement, la Métropole fait en sorte de maintenir les itinéraires piétons, cyclistes et de transport en commun sur ses chantiers. Et elle agit pour alléger les points noirs de circulation, comme la rue de Saint-Cyr dans le 9e. Ce point d’accès au quartier de Vaise depuis les Monts d’Or et le plateau de Saint-Rambert était engorgé de voitures (avec une seule personne à bord), ce qui freinait la circulation des bus et des vélos à destination de la gare TER Lyon-Vaise et du métro D. Son réaménagement touche à sa fin.

Vous voulez trouver la meilleure solution pour vous déplacer : contactez l’Agence des Mobilités

Quand le problème devient la solution

Ces travaux rue de Saint-Cyr ont entraîné beaucoup de bouchons mais certains ont aussi pris l’habitude de venir en train depuis les gares TER d’Albigny-Neuville, Couzon, Collonges-Fontaines, Sathonay-Rillieux. Aujourd’hui, il ne reste plus qu’à planter les arbres pour ombrager la promenade piétonne et les pistes cyclables toute neuves. Grâce au nouveau couloir, les bus ont réduit leur temps de parcours de 20% en moyenne et gagné en régularité. Une vraie bonne nouvelle pour leurs 12 000 voyageurs quotidiens.

Avec le prolongement du tram T6, et demain la création des nouvelles lignes T9 et T10, il faut aussi s’attendre à des nuisances. C’est incontournable. Mais le Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin, Villeurbanne Saint-Jean et Carnot Parmentier à Saint-Fons, qui attendent depuis trop longtemps, seront enfin desservis

Bruno Bernard,
Président de la Métropole de Lyon

 

 

 

 

En 2026, quand tout sera fini ?

  • 250 km de Voies Lyonnaises
  • 10 corridors bus pour 15 lignes plus rapides
  • 1 700 à 2 000 km de pistes cyclables
  • 200 000 logements raccordés au réseau de chauffage urbain
  • 3 nouvelles lignes de tram soit 24 km de plus
  • 300 000 arbres de plus
  • Travaux : la métropole change... et ça se voit !

    Sur chaque chantier, dès que cela est possible, la Métropole végétalise, plante et rend les sols de nouveau perméables.

    © Thierry Fournier // Métropole de Lyon

 

Travaux sur les ponts, toute une histoire

Publié le 2 mai 2023 par Marie-Hélène Towhill

En coulisses | Photo

La Métropole de Lyon a la responsabilité de près de 750 ponts : ils font partie de ce qu’on appelle les “ouvrages d’art”. Leur entretien est une question de sécurité absolue ! Et la liste des contraintes à prendre en compte est longue. Très longue.

La preuve en images avec 4 ponts en chantier

  • Travaux sur les ponts, toute une histoire

    Sur le pont Lafayette, c'est bientôt la fin pour la « piste aux lampadaires », qui obligeait les vélos à slalomer. Un comble pour le pont de la Métropole le plus emprunté par les cyclistes, entre Cordeliers et le cours Lafayette. La Métropole va y élargir les trottoirs et créer deux vraies pistes cyclables, une par sens. Le chantier va être impactant pour la circulation des voitures pendant les travaux, entre mi-juin et fin août. Les bus C3, C13 et C14 continueront en revanche à circuler, tout comme les piétons et les vélos.

    © Olivier Guerrin // Métropole de Lyon
  • Travaux sur les ponts, toute une histoire

    Pont Morand, la circulation a déjà repris dans les deux sens entre Hôtel de Ville-Opéra et la place Maréchal Lyautey côté 6e. Ce pont est désormais un modèle de partage de l’espace public : piétons, cyclistes, automobilistes, chacun sa place.

    © Thierry Fournier // Métropole de Lyon
  • Travaux sur les ponts, toute une histoire

    Le pont Bonaparte, trait d’union entre la cathédrale Saint-Jean et la place Bellecour, avait besoin d’un sacré coup de jeune. Sa restauration complète est en cours jusqu’en décembre : balustrade, structure en béton, étanchéité et chaussée. Pendant qu’elle y est, la Métropole en profite pour remplacer une conduite d’eau et anticiper l’arrivée de la Voie Lyonnaise 12. Toutes les circulations sont maintenues pendant les travaux - un tour de force - sauf du 14 juillet au 15 août pour les bus et voitures, le temps de refaire la chaussée.

    © Thierry Fournier // Métropole de Lyon
  • Travaux sur les ponts, toute une histoire

    Le pont Paul Bocuse à Collonges-au-Mont-d’Or, entre l’auberge de Paul Bocuse et Caluire-et-Cuire, va se refaire une beauté, ou plutôt, une étanchéité. Gros chantier en perspective : il faudra démonter la chaussée et les trottoirs pour mettre le tablier à nu.

    © Thierry Fournier // Métropole de Lyon

Lexique des ponts

  • L’étanchéité. Zéro concession, sans quoi l’humidité grignote béton et acier et c’est la structure même du pont qui est menacée.
  • La portance. Chaque pont est conçu pour supporter une charge précise : si la limite n’est pas respectée, ça donne le pont de Couzon, mis en péril par le passage d’une bétonneuse trop lourde de 30 tonnes en 2021.
  • L’usure. La plupart des ponts de la métropole ont été reconstruits après la Seconde Guerre mondiale, il y a 70 ans. La majorité d’entre eux a besoin d’un gros lifting !
  • Ce qui passe dedans. Beaucoup de ces ouvrages contiennent des conduites d’eau ou des câbles électriques. Dès que l’on fait des travaux, il faut s’assurer de les préserver.
  • L’esthétique. De nombreux ponts se situent dans des secteurs protégés : toute intervention nécessite l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France (ABF), jusqu’au choix des nuances de couleur.

Le saviez-vous ?

  • Le pont Bonaparte est l’un des deux seuls ponts qui permet à des convois exceptionnels, jusqu’à 100 tonnes, de franchir la Saône.
  • Le pont Morand a été entièrement reconstruit entre 1976 et 1978 pour accueillir le métro A ! Lequel passe dans la structure du pont ! Les travaux n’ont touché « que » la surface, mais il a fallu s’assurer que le pont ne pèserait pas plus lourd à la fin.
  • Le pont Paul Bocuse a été mis dans un cocon étanche pour éviter toute contamination de l’eau lorsqu’il a été repeint en 2019-2020.

En travaux : 6 projets impactants mais épatants

Publié le 2 mai 2023 par Marie-Hélène Towhill

Grands projets | Actu

Impossible de vous détailler les 10 000 chantiers de travaux en cours sur le territoire de la Métropole de Lyon. Petite sélection de 6 projets qui vous impactent pour mieux vous servir demain.

1. Piétonne, la Presqu’île

  • Lyon, entre Bellecour et Terreaux
  • 2023 > 2026

Tout comme Nantes, Rennes ou Grenoble, le cœur de Lyon va basculer en mode piéton : ça paraît logique vu qu’environ 90 % des déplacements se font déjà à pied sur la Presqu’île. D’ici 2025, la Métropole de Lyon va limiter le trafic entre la place Bellecour et celle des Terreaux.

Les premiers travaux commencent dès maintenant ! Vers la place des Jacobins, la circulation sera coupée par tranches de mai à octobre, rue Émile-Zola. À partir de juillet, suivront les rues Jean-Fabre, de l’Ancienne-Préfecture et du Port-du-Temple en direction de la Saône. Au programme, après les interventions sur les réseaux, des espaces publics plus nature et plus de place pour les piétons. D’ici la fin de l’année, l’accès en voiture au bas des pentes de la Croix-Rousse sera limité aux riverains et aux livreurs.

Nous voulons une « Presqu’île à vivre » : un quartier habité par toutes les générations avec des rues calmes. Fraîcheur, confort, détente !

Béatrice Vessiller,
Vice-présidente à l’urbanisme et au cadre de vie

  • En travaux : 6 projets impactants mais épatants

    D'ici 2026, la Presqu'ile va se métamorphoser avec plus de nature, plus de calme, plus d'espace pour les piétons et les vélos, en mode trafic limité.

    © Folia // Métropole de Lyon

2. Une place Grandclément à vivre, avec le tram s’il vous plaît !

  • Villeurbanne, Grandclément
  • Mars 2023 > 2026

La place Grandclément entame sa transformation. Le centre-ville historique de Villeurbanne va redevenir un cœur de quartier où l’on se plaît à bavarder à l’ombre des arbres et à jouer autour de la fontaine. La circulation autour de la place change aussi : à sens unique pour les voitures, dans les deux sens sur une belle piste pour les vélos et en sécurité pour les piétons. Le prolongement du tram T6, dont les travaux ont démarré un peu partout à Villeurbanne, sera prêt en même temps que la place.

Demain, il y aura 5,4 km de plus et 10 nouvelles stations pour relier les Hôpitaux Est au campus de la Doua en traversant le cours Tolstoï et les Gratte-Ciel. En ce moment, les concessionnaires déplacent les réseaux qui se trouvent à l’emplacement des futurs rails. Toutes les infos sont sur destinations2026-sytral.fr

3. À Charbonnières, vers une route de Paris partagée

  • Charbonnières-Les-Bains
  • 2023 > 2026

Jusqu’à 15 000 voitures empruntent chaque jour les 2,5 km entre le nord de Charbonnières et le rond-point de Montcelard à Tassin : il était urgent de rendre cet axe plus sûr et plus agréable pour les autres. La Métropole va planter des arbres, ajouter des couloirs de bus et des passages piétons, supprimer des stationnements, élargir les trottoirs… et aménager une partie de la Voie Lyonnaise 8. Les travaux pour enterrer les réseaux sont en cours. La circulation est maintenue, mais forcément perturbée. Le début de “l’embellissement” est pour 2024.

  • En travaux : 6 projets impactants mais épatants

    Aujourd'hui autoroute urbaine, la route de Paris sera à horizon 2026 un axe partagé plus justement entre tous les usages : voiture, bus, vélos et marche.

    © Thierry Fournier // Métropole de Lyon

4. Rue Garibali, 3e round

  • Lyon, secteur Part-Dieu
  • Juin 2023 > fin 2025

La mise au vert et au frais de la rue Garibaldi entame sa troisième tranche. C’est toute la portion entre la rue d’Arménie et la Grande-Rue de la Guillotière qui est concernée. Pendant les 9 mois de travaux sur les réseaux, vous circulerez sur la voie centrale. En 2024, la trémie Félix Faure-Gambetta va disparaître : étape spectaculaire pendant laquelle vous emprunterez les contre-allées. Les accès riverains sont bien sûr maintenus pendant tout le chantier.

Non loin de là, sur le projet Part-Dieu, le tunnel Brotteaux-Servient reste fermé dans les deux sens jusqu’à fin juin. Il faut continuer à prendre la déviation par la rue de Bonnel et le boulevard Vivier-Merle. Ou mieux, le métro. L’accès par les Brotteaux rouvre en juillet.

5. Les 2 premiers corridors bus arrivent !

  • Val de Saône // Vénissieux
  • Jusqu’à l’automne 2023

Soulagement en vue pour les habitants de Rochetaillée-sur-Saône et Neuville-sur-Saône, qui jonglent entre circulation alternée et chaussée réduite : le corridor bus Val de Saône sera mis en service au début de l’été. Aller de Neuville à Part-Dieu ne prendra plus que 40 minutes en heure de pointe !

  • Le corridor Corbas-Vénissieux, lui, sera prêt pour la rentrée : avant de gagner 4 minutes sur la ligne 54, il faudra supporter la rue du Docteur-Coblod en sens unique.

6. 3 850 logements de plus reliés au chauffage urbain

  • Carré de Soie
  • Octobre 2022 > mai 2024

3,5 km de tuyaux pour raccorder 3 850 logements de plus au réseau de chaleur urbaine dans le quartier du Carré de Soie. Jusqu’en septembre 2023, le chantier perturbe la circulation à Villeurbanne avec des fermetures par tranche de la rue du Luxembourg à la rue Alfred-de-Musset. Le chantier se poursuivra ensuite à Vaulx-en-Velin jusqu’à la rue des Droits de l’Homme, emplacement de la future chaufferie.

Jour par jour, chantier par chantier, commune par commune : vos trajets en temps réel sont sur 

Onlymoov

Écrire un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.
Votre email ne sera pas visible à la publication du commentaire.

En publiant ce message, vous vous engagez à avoir pris connaissance et à respecter les conditions d'utilisation et d'expression sur ce site. Celles-ci proscrivent notamment la divulgation des numéros de suivi Toodego qui sont personnels et confidentiels, les messages à caractère injurieux, offensants ou diffamants, ainsi que l'incitation à la haine raciale, à la pédophilie, aux crimes ou délits.

Conformément à la Loi ≪ Informatique et Libertés ≫ modifiée, la collecte et le traitement de vos données à caractère personnel sont nécessaires pour répondre à votre sollicitation. La base légale du traitement est votre consentement que vous donnez en cochant la case "En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies dans ce formulaire soient enregistrées par le site MET' pour permettre de me recontacter.". Les données traitées sont : nom, adresse e-mail. Les destinataires de ces données personnelles, sont, dans le strict cadre des finalités énoncées ci-dessus, les services concernés de la Métropole et les prestataires externes auxquels elle fait appel. Ces données seront conservées durant 2 ans. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles. Lorsqu'un consentement est nécessaire au traitement, vous disposez du droit de le retirer. Sous certaines conditions réglementaires, vous disposez du droit de demander la limitation du traitement ou de vous y opposer. Vous pouvez exercer ces différents droits en contactant directement le Délégué à la Protection des Données par courrier en écrivant à l’adresse : Métropole de Lyon – Délégué à la Protection des Données - Direction des Affaires Juridiques et de la Commande Publique - 20, rue du Lac - BP 33569 - 69505 Lyon Cedex 03 ou par le biais du formulaire à l'adresse suivante : https://demarches.toodego.com/sve/proteger-mes-donnees-personnelles/. Les réclamations touchant à la collecte ou au traitement de vos données à caractère personnel pourront être adressées au service du Délégué à la Protection des Données (DPD), dont les coordonnées ont été précisées ci-dessus. En cas de désaccord persistant concernant vos données, vous avez le droit de saisir la CNIL [autorité de contrôle concernée] à l’adresse suivante : Commission Nationale Informatique et Libertés, 3 place de Fontenoy 75007 Paris, 01 53 73 22 22, https://www.cnil.fr/fr/vous-souhaitez-contacter-la-cnil